Nicolas Ledain / TC Media Les éléments visuels principaux de la boutique Caldaroni ont été préservés dans ce café.

Le chapelier et cordonnier Caldaroni a pris sa retraite au début de l’été. Le café voisin qui a racheté son local de la rue De Castelnau a toutefois tenu à préserver l’identité de cette boutique historique ouverte en 1938.

La douce peinture bleue-grise et blanche a été conservée, les tables et chaises sont restées, les longs miroirs sont toujours accrochés aux murs, les ventilateurs en métal pendent encore au plafond et quelques chapeaux restent invariablement accrochés au-dessus du mur principal.

À première vue, l’atelier familial des Caldaroni a conservé son aspect, la seule différence c’est que tout l’attirail du chapelier et cordonnier a été remplacé par des cafés, boissons, pâtisseries et sandwichs.

Après près de 80 ans de service, ce commerce de la rue De Castelnau, entre Saint-Denis et Berri, a été vendu au début de l’été. À 77 ans, le dernier propriétaire, qui avait repris l’activité après son père, a décidé de prendre une retraite méritée.

C’est Ferlucci, le café voisin, qui s’est porté acquéreur du local, mais pour ne pas déraciner cette institution du quartier, le propriétaire a décidé de préserver ce morceau du patrimoine montréalais.

«C’était très important pour moi. J’ai eu l’opportunité de prendre un “landmark” de Montréal. Je voulais garder l’esprit de la place, tout en gardant la mémoire de ceux qui étaient là», explique Gianni Pezzullo, le propriétaire de Ferlucci.

En plus des accessoires et de la peinture, M. Pezzullo a laissé plusieurs éléments de décoration comme des articles de presse sur l’atelier des Caldaroni. Ces deux premières pages originales encadrées permettent aux clients d’en apprendre plus sur l’histoire du lieu.

«Il n’y a pas de cafés qui sont aussi un peu des musées. Ici, il y a une histoire. C’est rare de trouver des histoires de même donc c’est mieux de les garder», estime le propriétaire de Ferlucci.

Cette démarche a été saluée sur Facebook par Elsie Lefebvre, la conseillère de Villeray, qui a tenu à féliciter cette préservation patrimoniale.

Contacté par TC Media, le dernier propriétaire de la boutique Caldaroni a indiqué vouloir désormais profiter de sa retraite et n’a pas souhaité répondre à nos questions.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!