Nicolas Ledain / TC Media La direction du CLCL regrette de ne pas avoir été consultée par Projet Montréal sur la relocalisation du centre.

Les responsables du Centre de Loisirs communautaires Lajeunesse (CLCL) s’inquiètent de la proposition présentée par l’équipe de Projet Montréal pour la relocalisation du centre. Ils réclament une concertation pour définir un projet clair.

Le 25 octobre dernier, Rosannie Filato, qui n’était alors que candidate pour Projet Montréal dans Villeray, évoquait dans Le Progrès la possibilité de relocalisation sur deux sites du Centre Lajeunesse avec une antenne dans l’est et une autre dans l’ouest du quartier. Mme Filato a depuis été élue dans le district et son parti a réussi à remporter la mairie de l’arrondissement avec Giuliana Fumagalli, mais les deux femmes sont désormais attendues sur cette question de déménagement du CLCL.

«Ceux qui ont créé le Centre Lajeunesse voulaient un lieu commun pour travailler et créer du partage. Il y avait déjà un besoin de se regrouper en 1989 et il est encore présent aujourd’hui.»
Émilie Leroy, directrice générale du CLCL.

Puisque la Commission scolaire de Montréal (CSDM) veut récupérer ce bâtiment qui lui appartient afin d’y installer une école en 2020, il faut déjà réfléchir à la relocalisation des huit organismes internes et des 300 autres locataires temporaires. Au sein de la direction du centre, la piste évoquée par Projet Montréal ne fait clairement pas l’unanimité.

«Je trouve dommage que cette annonce ait été faite sans nous consulter, regrette Émilie Leroy, la directrice générale du CLCL. On n’est pas forcément contre, mais ça veut dire quoi cette annonce-là? Pour nous, il est primordial de conserver le milieu de vie et on ne souhaite pas un éclatement de l’offre de service. Clairement il y a un manque dans l’est, mais il n’est pas question de déshabiller Pierre pour habiller Paul.»

La direction du Centre Lajeunesse a donc demandé une rencontre avec la conseillère du district et la mairesse afin de discuter de cet enjeu de relocalisation. Les responsables du CLCL affirment qu’ils sont prêts à faire des concessions et envisagent même une relocalisation temporaire si un projet clair est engagé par le pouvoir municipal.

Pour rappel, l’Équipe Denis Coderre promettait de reprendre l’ancien hôpital chinois qui est à l’abandon depuis 1999, mais cela nécessite une négociation avec le ministère de la Santé, une destruction et une reconstruction.

«Il faut nous consulter, parfois c’est fou comme on peut être créatifs avec pas grand-chose. Si chacun travaille dans son coin, on ne va pas aller loin, il faut inclure tout le monde», plaide Mme Leroy.

Rosannie Filato et Giuliana Fumagalli seront assermentés officiellement jeudi 16 novembre, mais elles souhaitent consulter les représentants du CLCL ainsi que les citoyens sur ce dossier.

«On n’a aucunement l’intention d’imposer un lieu. Cela peut absolument évoluer. Pour nous, c’était important d’être réalistes parce que la solution de l’hôpital chinois est un dossier compliqué. Je pense que si ça devait se faire, cela aurait déjà été fait», indique Mme Filato qui souligne toutefois les besoins «criants» de services de loisirs et communautaires dans l’est du quartier.

La nouvelle conseillère du district s’est engagée à organiser une rencontre prochainement avec la direction du CLCL et le comité citoyen Où va le centre Lajeunesse afin de réfléchir conjointement à cette relocalisation.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!