Archives / TC Media La cour de l’école Hélène-Boullé derrière laquelle est prévu un projet de condos.

Une pétition circule depuis une semaine parmi les parents d’élèves de l’école Hélène-Boullé dans Villeray. Alors que cet établissement manque de place, un projet de condos est prévu à l’arrière de la cour de récréation.

Actuellement, l’école Hélène-Boullé affiche un taux d’occupation proche des 120%. Cela pose évidemment des problèmes dans les classes, mais la situation devient épineuse au moment d’aborder les activités extra-scolaires. La cour d’école et le gymnase sont trop petits pour accueillir tous les enfants.

«Ce qui nous inquiète c’est quand les enfants ne sont pas en classes, car il n’y a pas de locaux disponibles», déplore Julie Belpaire une des porteuses de la pétition.

«Depuis le début de l’année scolaire, il y a eu environ 50 accidents à cause de la petitesse de la cour. Il y a des moments où les enfants sont trop nombreux et ils doivent s’arrêter de courir», ajoute Marik Audette, une mère qui soutient aussi cette démarche.

La pétition lancée durant la troisième semaine de novembre a déjà recueilli 442 signatures dans cette école qui compte 422 élèves.

Mardi 21 novembre, six parents d’élèves se sont présentés au conseil d’arrondissement pour demander à l’arrondissement de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension de bloquer ce projet en s’opposant au changement de zonage. Pour poursuivre le développement immobilier résidentiel, le promoteur KnightsBridge a besoin de faire cette démarche, car l’édifice actuel est prévu pour accueillir des activités de culte.

Une décision sera prise en 2018, mais Rosannie Filato, la conseillère de Villeray, et Giuliana Fumagalli, la mairesse, se sont engagées à suivre ce dossier.

«On va prendre connaissance du dossier au complet, discuter avec la CSDM, mais ma priorité est de rencontrer les familles», promet Mme Filato.

«La pointe de l’iceberg»
Malgré un manque de locaux, la Commission scolaire de Montréal (CSDM) ne s’est pas positionnée pour acheter l’édifice attenant à l’école Hélène-Boullé durant l’été, car les demandes de subventions d’acquisition de terrain ne peuvent être faites que pour des projets d’ajout de classes ou de gymnase si l’école n’en possède pas. L’institution a jugé que ce bâtiment n’était pas adapté aux besoins scolaires, mais dit soutenir les parents dans ce dossier.

Du côté de l’arrondissement, on assure qu’il est impossible de faire l’acquisition stratégique de terrains si les projets prévus ne sont pas à des fins municipales. De plus, un responsable des services a indiqué à TC Media qu’il était difficile de s’opposer à un changement de règlement de zonage si le dossier déposé était conforme aux règles.

«Cette problématique est la pointe de l’iceberg, pense Sylvain Ouellet, conseiller municipal de François-Perrault. Il faut réfléchir au partage des infrastructures scolaires et municipales. À Montréal, où quasiment tous les pieds carrés sont construits, il faut penser autrement.»

Contacté par TC Media, KnightsBridge dit avoir fait ses démarches de manière transparente et se dit surpris par ce mouvement. Le promoteur invite la CSDM à discuter de cette problématique et entend rencontrer les parents pour les rassurer sur son projet.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!