Archives TC Media Dans certains quartiers de l’arrondissement, des colonies d’une vingtaine de chats errent dans les ruelles dans des conditions d’hygiène et de survie déplorables.

L’arrondissement de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension a pris la décision de proposer un programme de capture, stérilisation et relâche des chats errants en 2018. La SPCA devrait a priori être chargée de ce contrat.

La direction des services a confirmé cette information à TC Media à l’issue du dernier conseil d’arrondissement. Dès l’année prochaine, un contrat sera octroyé pour réaliser ce programme qui était demandé par plusieurs citoyens.

Depuis le mois de septembre, des résidentes de Parc-Extension se présentent notamment à chaque séance du conseil pour interpeller les élus sur cet enjeu.

«C’est vraiment une excellente nouvelle. C’est le début de quelque chose, mais comme on ne sait pas encore qui va avoir le contrat, je suis encore hésitante avant de crier victoire», explique Marie-Josée Ferron, l’une des citoyennes mobilisées.

Le programme de capture, stérilisation et relâche est un moyen efficace de lutter contre la surpopulation féline en maîtrisant la taille des colonies. Il permet aussi de limiter les nuisances sonores et olfactives, puisque la stérilisation des mâles a tendance à calmer leurs ardeurs et leur volonté de défendre leur territoire.

Dans VSMPE, le contrat de gestion animalière a été confié au Berger blanc, mais cette société n’offre pas ce service. L’arrondissement doit donc octroyer un contrat annexe pour ce programme. Il pourrait être géré par la SPCA qui a mis sur pied le CSRM (capturer, stériliser, relâcher et maintenir) il y a sept ans et qui le pratique dans une dizaine d’arrondissements à Montréal. Le CSRM est même en vigueur dans Mercier–Hochelaga-Maisonneuve où le Berger blanc est en charge du contrôle animalier.

La direction des services de l’arrondissement étudie en ce moment les différentes possibilités et a notamment interrogé des vétérinaires locaux pour développer un programme de ce type. Selon nos informations, le CSRM de la SPCA est pour l’instant la solution privilégiée.

Améliorer les conditions de vie
Dans VSMPE, la problématique est particulièrement importante dans Parc-Extension où plusieurs groupes de chats tentent de survivre dans des conditions déplorables lors de la période hivernale.

Marie-Josée Ferron a œuvré pour contenir une colonie de 25 félins qui vivait dans sa ruelle. En stérilisant des animaux à ses propres frais avec ses voisins et en faisant adopter plusieurs d’entre eux, ils ne sont plus que cinq chats stérilisés à y vivre.

«On en est la preuve. Dès qu’on s’occupe d’une colonie, elle baisse en nombre d’individus drastiquement. […] Ça nous permet de régler le problème pour quelques chats et ça améliore leurs conditions de vie», fait valoir Mme Ferron.

Puisqu’il est compliqué de capturer des chats en hiver, cette dernière s’attend à avoir «beaucoup de travail» au printemps pour les emmener se faire stériliser, mais elle se réjouit de voir que les plaintes répétées des citoyens sont sur le point d’aboutir.

Le programme CSRM

Le programme CSRM (capturer, stériliser, relâcher et maintenir) a été créé en 2010 par la SPCA. Grâce à des cages spéciales, les chats sont capturés et peuvent être transportés directement dans les locaux de cette société de gestion animalière. Ils sont alors stérilisés puis relâchés dans leur milieu naturel. Dans le cadre des partenariats avec les arrondissements, le coût total est pris en charge par la mairie et il est donc gratuit pour les citoyens qui participent bénévolement à la capture. Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension n’a pas encore choisi son programme de stérilisation et relâche, mais il sera similaire au CSRM.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!