Marie-Pier Gagné / TC Media Les piétons doivent parfois courir pour avoir le temps de traverser la rue dans le temps prévu par le feu de circulation.

Circulation automobile dense, limite de vitesse non respectée, piétons nombreux et temps de traversée trop court, le boulevard Crémazie est jugé dangereux par des citoyens de Villeray, qui souhaiteraient que des mesures de sécurisation soient prises rapidement par les autorités responsables.

Dans le secteur du métro Crémazie, entre autres, le partage de la route entre piétons, cyclistes et automobilistes est difficile.

«Presque chaque jour, je vois des piétons ou des cyclistes passer tout près de se faire heurter par une voiture, mentionne Mélanie Poirier, qui réside à proximité. Un des grands problèmes, c’est que les conducteurs circulent au-dessus de la limite de vitesse permise et ignorent les feux de circulation dédiés au passage des piétons.»

Une constatation qu’a aussi faite Simon Racine, un étudiant qui traverse tous les jours Crémazie pour aller au métro.

«En plus d’aller trop vite, les automobilistes ne nous laissent pas le temps de traversée auquel on a droit, explique-t-il. Déjà que les lumières pour les piétons ne durent pas suffisamment longtemps, en plus les gens ne les respectent pas. On doit courir pour avoir le temps d’atteindre l’autre côté de la rue sans se faire renverser par une auto.»

Problème connu
L’Association des piétons et cyclistes (APC) de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension, un regroupement de citoyens qui vient tout juste de naître dans le quartier, a pour sa part fait valoir qu’il s’agissait là d’une problématique connue et que le dossier du boulevard Crémazie était l’une de ses priorités.

«C’est certain qu’on veut y voir, mais en même temps, c’est un gros dossier, soutient Julien Puget, l’un des fondateurs de l’APC. Du travail devra être fait de concert avec l’arrondissement, la Ville, mais également avec le ministère des Transports, étant donné qu’il s’agit d’un secteur qui est de leur ressort.»

S’il est conscient du défi, M. Puget espère tout de même que le regroupement de citoyens pourra faire entendre ses idées pour un meilleur aménagement des abords du boulevard Crémazie.

«Dans un monde idéal, ce qu’on souhaiterait, c’est qu’il y ait des pistes cyclables sécurisées et que les rues autour soient adaptées pour le transport actif, décrit l’homme. Le temps des traverses de piétons doit être allongé. Des solutions, il en existe, ça, c’est certain.»

Étude à venir
À ce sujet, l’arrondissement a confirmé à TC Media souhaiter améliorer la sécurité des déplacements piétons et cyclistes dans ce secteur, notamment pour faciliter le passage sous l’autoroute 40 par le boulevard Crémazie.

«Toutefois, pour implanter des mesures de sécurisation de la circulation, on doit tenir compte de la complexité géométrique et la densité de la circulation dans ce secteur», explique-t-on.

Selon ce qu’il a été possible d’apprendre, l’arrondissement travaille actuellement de concert avec le gouvernement du Québec, afin de mettre en place une étude portant sur la circulation aux abords de l’autoroute 40.

«Le Plan local de déplacements que l’arrondissement présentera au printemps viendra structurer la stratégie d’intervention pour les années futures dans ce secteur», conclut-on.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!