Gracieuseté Le CPE La Petite-Patrie s'est vu décerner le plus haut niveau à ce jour dans le cadre du programme CPE durable.

Un centre de la petite enfance (CPE) du quartier se démarque dans ses efforts pour créer un milieu de vie vert pour ses bambins, leurs parents et les employés, et s’est ainsi vu remettre la plus haute certification d’un programme québécois dans ce domaine.

Le CPE La Petite-Patrie est le premier dans la province à recevoir le troisième niveau «CPE durable» octroyé par l’organisme Environnement Jeunesse (ENJEU), un projet qui se veut avant tout éducatif.

«Nous en sommes fiers, car cela a demandé des efforts considérables depuis le moment où nous sommes inscrits à la première cohorte du programme en 2014», affirme Jocelyne Labrie, directrice générale du CPE La Petite-Patrie.

Jusqu’à ce jour, l’établissement aura su faire ses achats en accord avec des principes de développement durable, instaurer des ateliers de jardinage et de compostage pour ses petits, économiser sur sa consommation d’eau et d’électricité et encourager les transports actifs auprès de ses employés et des parents.

«Il aura fallu faire beaucoup de formation, mais au jour le jour ça ne change pas grand-chose, c’est une question de conscientisation et de choix d’habitudes de vie», assure la directrice.

Celle-ci a même alloué un budget spécifiquement pour la mise en place de ces efforts pour rendre le CPE situé au 700, boulevard Rosemont, plus vert. Il n’en coûte toutefois pas plus cher à l’administration, car travailler en accord avec le développement durable permet de réaliser des économies, croit Mme Labrie.

Les enfants du CPE prennent part à des ateliers de jardinage.

Les enfants du CPE prennent part à des ateliers de jardinage.

«Jamais trop jeune pour commencer»
Lancé il y a six ans par ENJEU, le programme CPE durable a été entrepris par une trentaine d’établissements, dont 24 ont reçu une certification. Celle-ci s’échelonne sur cinq niveaux, soit Démarrage, 1, 2, 3 et Excellence. À ce jour, seul le CPE La Petite-Patrie a réussi à atteindre le niveau 3.

«Depuis le début, la direction a été très collaborative et entreprenante. Si nous offrons chaque année de l’aide et de l’encadrement pour la rédaction des rapports et des bilans utilisés lors de la certification, il s’agit tout de même d’un projet dont l’élaboration est toujours en cours. Le CPE La Petite-Patrie nous aide beaucoup en faisant office de laboratoire vivant», souligne Raphaëlle Devatine, chargée de projet aux certifications pour ENJEU.

L’organisme qui a tout d’abord mis sur pied en 2004 un programme d’accompagnement et de certification environnementale spécifique aux milieux collégiaux public et privé a par la suite décidé d’en créer un pour les centres de la petite enfance, afin de répondre à une forte demande.

«Il y a un aspect de formation auprès de la direction et des employés, mais aussi éducatif auprès des enfants. Il n’est jamais trop tôt pour transmettre les bonnes pratiques en environnement. Cela permet aussi d’améliorer la qualité de vie de toutes les personnes qui fréquentent les CPE», insiste Mme Devatine.

Un meilleur contact avec l’environnement permettrait de combattre le «déficit nature», un syndrome qui selon cette dernière serait à la source de problèmes d’hyperactivité et d’obésité chez les enfants en bas âge.

Fondé en 1979, ENJEU est un organisme d’éducation relative à l’environnement qui vise à conscientiser les jeunes du Québec aux enjeux environnementaux, les outiller à travers ses projets éducatifs et les inciter à agir dans leur milieu.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!