Pruneau, Cannelle, Ti-Brin, Madame Coucou et tous les autres seront à la Sala Rossa, le 23 janvier, pour prendre part à un happening culturel. Une quinzaine d’artistes peintres y revisiteront l’univers de Passe-Partout, l’espace d’une soirée. Nostalgiques et puristes s’abstenir.

Lors de cette soirée, une quinzaine de toiles, dont une réalisée par une Villeroise, Adèle Blais, seront exposées. Trois autres seront créées en direct, sous le regard des spectateurs.

Le groupe Batabeat offrira, quant à lui, un conte théâtral incorporant des échantillonnages de chansons de Passe-Partout.

« C’est une improvisation musicale dirigée, sous la forme d’un conte. Même moi, je n’ai aucune idée de ce que ça va avoir l’air. Ça n’a jamais été présenté, et ça ne sera pas représenté », affirme Caroline Saint-Louis. Issue de la « génération Passe-Partout » et passionnée d’arts, elle est à l’origine de ce projet.

« En voyageant à l’étranger, je me suis rendue compte qu’on a un talent exceptionnel au Québec, qui vient chercher les gens de ma génération. Malheureusement, on n’en entend pas beaucoup parler dans les médias traditionnels », déplore-t-elle.

L’Hochelagaise a donc fait le pari de mélanger différentes disciplines artistiques pour donner lieu à des événements complètement éclatés. Après s’être attardée aux œuvres de Patrick Sénécal et de Richard Desjardins, elle plonge dans celle de l’émission jeunesse culte du petit écran québécois.

« On veut rendre hommage en peinture à des artistes qui nous ont marqués de par leur imaginaire. Passe-Partout est notre muse. On offre un 360 degrés autour des arts visuels pour un public qui ne serait pas forcément habitué à ce type d’œuvres. Ce ne sont pas des toiles que l’on voit dans les musées ou les galeries. Il s’agit d’une nouvelle vague d’artistes qui déferle sur le Québec », indique-t-elle.

Le spectacle se veut « humain »; les participants pourront donc converser avec leurs idoles de jeunesses et les artistes.

Un spectacle pour les (grands!) enfants

Si la trame de fond de l’événement est une émission jeunesse, celui-ci se veut tout sauf enfantin. Pas question de donner dans la nostalgie, avertit Mme Saint-Louis.

« Les œuvres sont très adultes, même si certaines tombent dans la nostalgie. Par exemple, la chanson Ils sont quatre qui voulaient se battre a été reprise à la sauce 2012, avec des carrés rouges. Il y a beaucoup de réflexions sur la vie d’aujourd’hui, en lien avec cette muse qui est ancrée en nous ».

Pas question, donc, de répéter ce qui a été fait, il y a quelques années, lors de la sortie des coffrets DVD.

« Ça n’a rien à voir! Les peintres ont vraiment réussi à apporter un monde parallèle à l’univers de Passe-Partout, tout en restant accrochés au message. »

La porte d’entrée vers cet « univers parallèle » est les personnages de la célèbre émission jeunesse. Chaque peintre a été jumelé à un alter ego, ou à un élément clé (exemple: Ma main) de l’émission.

« Par exemple, pour Ti-Brin, je savais tout de suite qui j’allais appeler. C’était Vince, et personne d’autre. J’ai aussi eu un flash pour Grand-mère. À l’inverse, d’autres m’ont contacté pour me dire qu’ils voulaient absolument Alakazoo ou Passe-Montagne. Une fois que leur personnage leur a été attribué, ils font ce qu’ils veulent, dans la mesure du présentable », blague Mme Saint-Louis, qui peine encore à croire qu’elle rencontrera ses idoles de jeunesse.

Selon elle, le tableau illustrant Marie Eykel risque de faire beaucoup réagir.

« Elle est complètement sortie de son contexte », avance-t-elle, piquant la curiosité.

« Je suis vraiment très curieuse et excitée de voir ce que ça va donner. Ce ne sera pas des dessins d’enfants, on ne reproduit pas des images de Passe-Partout, ce sont vraiment des interprétations d’adultes », laisse savoir une Marie Eykel, visiblement enchantée du projet. C’est flatteur, car ça veut dire que le travail qu’on a fait a laissé des traces. Les gens de cette génération que je rencontre, je les trouve débrouillards, intelligents, brillants et allumés. Je suis un peu comme une maman fière. On a apporté notre petit grain de sel à l’éducation de cette génération ».

Plusieurs comédiens et artisans de l’émission Passe-Partout – dont Marie Eykel (Passe-Partout), Jacques L’Heureux (Passe-Montagne), Kim Yaroshevskaya (Grand-Mère), Jean-Claude Robillard (Grand Papa-Bi), Michèle Deslauriers (Ti-Brin et Zigzag) –, seront présents, lors de l’événement Hommage à Passe-Partout, le 23 janvier, à 19 h, à La Sala Rossa (4848, boulevard Saint-Laurent). Admission générale: 15 $, admission 12 à 18 ans: 12 $. Billets disponibles au http://www.planetevirgolia.com

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!