Sylvain Gagnon Anick-Marie Bouchard se lance dans l’aventure à la mi-juin. Son périple devrait durer 80 jours.
Anick-Marie Bouchard est une aventurière aguerrie. Son prochain périple: le Kazakhstan, sur un vélo solaire.

Voyageant solo, elle est la seule Nord-Américaine à participer au rallye français TheSunTrip de l’Institut national de l’énergie solaire. À partir de la ville de Bourget-du-Lac, en Savoie, Anick-Marie Bouchard prendra la direction d’Astana, la capitale du Kazakhstan, en passant par l’Italie, la Turquie, les Balkans et la Russie.

Sa monture de type cargo se recharge au soleil. Elle a été conçue à Villeray par les ateliers Melim.

Présentement en construction, le vélo a un petit moteur qui se recharge grâce aux panneaux solaires installés à l’arrière. Il ne permet pas la propulsion, mais augmente la force du coup de pédale du cycliste.

«Les instigateurs du rallye veulent populariser le solaire en vue de remplacer l’utilisation du pétrole», explique l’aventurière. La cohabitation des énergies solaire et humaine permet d’accroître la mobilité. Conséquemment, le vélo solaire plaire à ceux qui ne sont pas au top de leur forme.

La cycliste se rend souvent aux ateliers afin d’assister au montage du vélo. Si sa monture fait défaut, elle devra la réparer elle-même.

Coauteure de la Bible du grand voyageur, un livre sur le voyage alternatif, Anick-Marie Bouchard a la plume aussi vive que le coup de pédale. Pendant son périple, elle tiendra un blog par lequel elle partagera ses impressions et ses progrès, photos et vidéos à l’appui.

La jeune femme se prépare à un voyage qu’elle qualifie elle-même «d’un peu fou». Mais elle n’en est pas à sa première aventure. Après avoir attrapé la piqûre des voyages en Europe, elle a est partie à la découverte du Pérou et de la Turquie, devenant au fil du temps voyageuse professionnelle.

En plus de passer de nombreuses heures à vélo, elle s’entraîne dans un gymnase. La voyageuse apprend également à parler le russe et se prépare mentalement pour les défis qui l’attendent.

Mais comment traverser un tel parcours de façon sécuritaire lorsqu’on est une femme seule? «C’est une question de gestion du risque. Je dois faire des choix intelligents. Je me renseigne auprès de femmes qui ont fait des voyages similaires, pour avoir des informations récentes et de première main», répond-elle.

Anick-Marie Bouchard est présentement en quête de financement. Pour l’appuyer: http://fr.ulule.com/suntrotteuse. Son blog: http://www.suntrotteuse.ca.

 

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!