Photo: Jacques Pharand Valérie Beaulieu est chargée de développement de La ligne bleue. (Photo: Alarie Photos)
C’est pour démocratiser la culture et briser l’image de la «mal-aimée» ligne bleue du métro que l’organisme à but non lucratif La ligne bleue a été fondé.

L’idée : concilier culture et transport actif autour des lieux de diffusion situés entre les stations Saint-Michel et Snowdon.

«On veut créer un réseau culturel pour valoriser l’offre et la diversité culturelle près de la ligne de métro et inciter une mobilisation citoyenne autour de la culture, présente Valérie Beaulieu, coordonatrice générale de la Ligne Bleue. Ce n’est parce que l’on habite à Parc-Extension que l’on n’est pas intéressé ou que l’on n’a pas le droit d’aller au théâtre Outremont.»

Moteur du projet : l’accessibilité.

En un mot, La ligne bleue veut rendre la culture accessible à tous. Par l’information, d’abord. «C’est difficile de trouver les lieux de diffusion par soi-même», estime Mme Beaulieu.

D’un point de vue financier, ensuite. Les membres planchent, par exemple, sur une façon de favoriser l’accès à la culture aux plus démunis, sur le modèle du théâtre de poche en Belgique. Des sorties réalisées en concertation avec les écoles primaires et secondaires situées près du métro sont aussi envisagées.

L’organisme veut également inciter le public à se rendre dans les lieux culturels en transport collectif. En ce sens, La ligne bleue souhaite travailler sur la signalétique intérieure et extérieure des stations de métro.

«On ne pense pas spontanément que le cinéma Beaubien est près de la station Iberville. Les gens d’Outremont prennent la voiture pour y aller alors que c’est accessible en métro. Il y a aussi le cabaret du Mile-End, qui est proche de la station Parc», rappelle Mme Beaulieu. La création de parcours disponibles en baladodiffusion est aussi sur la table.

Culture sur mesure

La ligne bleue verra officiellement le jour avec la création d’une plateforme sur Internet dans les mois à venir. Sous la forme d’un journal de quartier, on y retrouvera les actualités culturelles, par le biais de blogues sur la vie locale, les nouveautés artistiques, ou encore les « bonnes tables pas chères ». Une application guidera les propriétaires de téléphone intelligent vers une sortie adaptée à leur budget et leur humeur du jour.

Un pendant au Quartier des spectacles

«On veut que les gens aient le goût d’explorer tout ce qui se fait en culture. La ligne bleue, c’est créer des rencontres entre les citoyens et les artistes. Ça va être un moyen d’ouvrir les portes des différents lieux culturels au public. On veut mettre de l’avant ce qui se fait localement dans les quartiers ; faire un pendant local au Quartier des spectacles. Il y a de plus petites salles, mais c’est souvent plus intime», résume Mme Beaulieu.

 

La ligne bleue

L’organisme regroupe 15 lieux de diffusion culturelle, situés aux abords des stations de métro, entre Saint-Michel et Snowdon.

- Maison de la culture Villeray-Saint-Michel-Parc-Extension

- La Casa d’Italia

- Espace culturel La Cenne

- Le théâtre Aux Écuries

- Battat Contemporary

- Eastern Bloc

- Bistro Tribu-Terre

- Vivre en santé Saint-Michel

- La Tohu

- Maison de la culture Rosemont-Petite-Patrie

- Cinéma Beaubien

- Salle Claude Champagne de l’Université de Montréal

- Théâtre Outremont

- Le cabaret du Mile-End

- Le centre Segal des arts de la scène

- Maison de la culture Côte-des-Neiges

 

Informations : Valérie Beaulieu, chargée du développement de La ligne bleue : 514 844-1811

Aussi dans Actualités :

blog comments powered by Disqus