Sylvain Gagnon Julie Blindel, Diane Matte et Claudia Bouchard interviennent sur les moyens à mettre en œuvre pour aider les prostituées à quitter l'industrie du sexe.
Quelles alternatives pour les prostituées qui veulent abandonner cette activité? C’est la question à laquelle ont essayé de répondre Concertation des luttes contre l’exploitation sexuelle (CLES) lors d’une rencontre tenue le 28 novembre dans Villeray.

La réunion qui a eu lieu à la Salle Les petites Mains, a permis de faire un inventaire des services offerts aux femmes et explorer les nouvelles pistes d’action pour cet organisme.

Claudia Bouchard, intervenante à la CLES, s’est attelée à la tâche.

Selon Diane Matte, organisatrice communautaire et membre du CLES, les femmes qui veulent sortir de l’industrie du sexe sont confrontées à leur propre honte et à l’indifférence de la société. Elle indique que «plus de soutien encouragerait forcément les femmes à quitter la prostitution».

L’invitée de la rencontre, la journaliste et féministe britannique Julie Blindel, a mis en évidence les conclusions de sa récente recherche sur les besoins des femmes qui veulent en finir avec la prostitution.

À cette occasion, la CLES a annoncé le lancement d’une étude, sur l’ensemble du Québec, pour évaluer les besoins des femmes qui veulent sortir de la prostitution. Les conclusions de cette étude devraient être publiées début 2014.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!