C’est sous l’étiquette d’indépendant que l’artiste Chris Lloyd, l’ancien faux candidat conservateur qui souhaitait semer la pagaille au sein du parti de Stephen Harper, se représente pour de vrai dans Papineau.

Il avait fait les manchettes, il y a quelques mois, pour avoir réussi à infiltrer le Parti conservateur (PCC) pendant presque quatre ans. Il est même devenu le président de l’association conservatrice locale, avant de se faire démasquer au moment où il était pressenti pour représenter le PCC aux prochaines élections. Celui qui envoie aussi religieusement une lettre par jour au premier ministre depuis 15 ans, se jette à l’eau en se présentant comme candidat indépendant cette fois.

«Cette candidature fait suite à ces deux projets, qui étaient purement artistiques, mais qui m’ont donné envie de m’impliquer davantage en politique», raconte-t-il.

Pendant des mois, M. Lloyd a participé à des réunions de stratégie électorale et à des échanges avec des hauts dirigeants du PCC, dans le but de se faire élire pour mieux détourner le message conservateur.

Aujourd’hui encore, des restes de sa vie passée dans la peau d’un conservateur sont visibles, comme en témoigne le nom de domaine de son site Internet certainlynotjustin.com, choisi à l’époque de son subterfuge. Mais, Chris Lloyd dit ne jamais avoir partagé les opinions politiques de ce parti.

Un candidat pas comme les autres
Pas de photo bien léchée, ni de veston-cravate pour ce candidat indépendant qui a préféré se faire représenter sous les traits d’un personnage dessiné par l’artiste engagé Clément de Gaulejac, aussi connu pour ses caricatures politiques.

«Les pancartes reflètent bien ma philosophie. Je veux participer au monde politique, mais d’une façon vraiment différente. Je suis aussi sérieux que les autres, mais indépendant dans certaines règles», indique M. Lloyd.

Un pavé dans la marre
Si M. Lloyd se présente, c’est en partie pour «lancer une réflexion sur notre système électoral qui laisse peu de place à la voix de Monsieur et Madame Tout-le-Monde et qui n’est absolument pas représentatif des réelles intentions de vote des Canadiens», précise-t-il.

Une idée partagée par Kim Waldron, autre artiste et candidate indépendante à se présenter dans Papineau. «On vote contre les partis, plutôt que de voter pour un candidat qui nous correspond», explique-t-elle.

Les deux indépendants, qui ont convié tous les candidats à un débat public le 5 octobre prochain, reconnaissent qu’il n’est pour autant pas facile de se faire entendre et d’avoir sa place quand on porte la bannière d’indépendant.

«J’entends souvent que ma candidature va diviser le vote progressiste, mais cette façon de penser est bien le symptôme de la maladie de notre système politique. C’est le même problème qu’ont d’autres partis, comme le Parti vert», déplore Chris Lloyd.

Quant au scrutin du 19 octobre prochain, il espère «avoir plus de voix que le Parti conservateur». «Ce sera ma vengeance personnelle», lance-t-il avec humour.

Une blague qui n’a pas fait réagir Yvon Vadnais, le candidat conservateur qui a répondu au Progrès Villeray ne pas connaître ce candidat.

Le débat 2015 des candidats de Papineau sera animé par Nicolas Mavrikakis, critique d’art et journaliste au Devoir. Le 5 octobre à 19h, à la Corporation de gestion des loisirs du Parc 419, rue St-Roch, Montréal.

 

 

 

 

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!