Collaboration spéciale Bertrand Laverdure, Poète de la Cité et Patsy Van Roost, Fée urbaine

Parents et enfants à la quête de la magie de Noël iront de porte en porte jusqu’au 25 décembre pour découvrir, une page à la fois, un conte urbain écrit spécialement pour le quartier Villeray.

Sur 25 portes de maisons et de commerces, le conte écrit par le Poète de la Cité, Bertrand Laverdure, s’affichera une page à la fois. À la manière d’un calendrier de l’Avent, les familles pourront découvrir l’histoire intitulée Les instruments de Sainte-Cécile en se baladant sur les avenues De Gaspé et Henri-Julien et les rues De Castelnau et Drolet.

Appelée la Fée du Mile-End, Patsy Van Roost, est une Belge installée à Montréal, bien déterminée à propager l’esprit des Fêtes de voisin en voisin.

«J’ai commencé dans le Mile-End. C’est la première fois que je travaille dans Villeray, et je suis très heureuse, c’est très familial. À ma première année j’ai refait La Petite fille aux allumettes dans le Mile-End, et je ne pensais le faire que pour une année, mais j’en suis à ma troisième», raconte-t-elle.

Vingt-deux familles et trois commerces sont aussi dans le coup. Comme l’a demandé au moyen d’une lettre la fée urbaine, ils apposeront la partie de l’histoire qu’ils ont déjà reçue sur leur porte leur tour venu. Chaque page indique le chemin à suivre pour connaître la suite de l’histoire.

«On a envie de participer à la magie de ce conte-là», a lancé un citoyen sur place lors du lancement de l’événement, le 1er décembre. D’autres ont affirmé n’avoir «pas hésité une seconde» à se porter volontaire. 

Un conte contemporain
Le conte intitulé Les instruments de Sainte-Cécile raconte les péripéties de Sainte-Cécile, «patronne des musiciens», dévoile l’auteur Bertrand Laverdure.

«Patsy Van Roost m’a demandé d’écrire un conte qui se déroulait dans le quartier près de l’église Sainte-Cécile, et spontanément la première idée qui m’est venue c’est de faire un conte contemporain, mais qui mettrait en scène la vieille idée des superhéros du passé qui étaient les saints», explique-t-il.

«Il n’y a plus rien de bien concret dans nos vies remplies de parades numériques et de messes virtuelles, sinon les croyances que l’on dorlote», raconte sa première page, dévoilée le 1er décembre au Café Larue.

D’autres pages s’afficheront dans les prochains jours et resteront en place jusqu’au 6 janvier.

Le programme Hors les murs de l’arrondissement permet la réalisation du projet, en collaboration avec le Conseil des arts.

Aussi dans Actualités :

Nous utilisons maintenant la plateforme de commentaires Facebook Comments sur notre site web. Grâce à celle-ci, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!