TC Media/Josie Desmarais Les quatre co-directeurs ont présenté la programmation «Embrasser large» au théâtre Aux Écuries le 31 mars.

Il y a 15 ans naissait sur la petite scène d’un café-théâtre montréalais le Jamais Lu, un festival où sont livrés des textes inédits, tout droit sortis du salon des dramaturges émergents du Québec. L’événement, devenu un incontournable du théâtre, fêtera son anniversaire du 28 avril au 6 mai, sur les planches du théâtre Aux Écuries.

Pour les 15 ans du festival, sa fondatrice Marcelle Dubois a choisi de s’accompagner de trois autres directeurs artistiques (Sarah Berthiaume, Sébastien David et Annick Lefebvre), qui promettent une programmation éclatée, ayant pour thème «Embrasser large».

Comme chaque année, des textes d’auteurs expérimentés et émergents y seront lus pour la première fois. Mais, pour cette année spéciale, le Jamais Lu revient en force avec ses nombreux événements, qui promettent d’attirer un public tant chevronné qu’amateur.

«Il y a une diversité d’activités. Il y a les lectures théâtrales, mais autour de la programmation, il y en a aussi pour tous les goûts. C’est un festival festif et très inclusif, où on a le temps de se rencontrer», décrit Sébastien David, auteur et co-directeur artistique.

Au total, 47 auteurs prendront la parole avec 19 lectures théâtrales, durant 9 jours de festivités.

En soirée d’ouverture (28 avril), le Jamais Lu propose Vendre ou rénover?, où des auteurs s’affronteront afin de déterminer ce qu’il adviendra des classiques du répertoire.

«15 ans, c’est l’âge où on a envie que le party de famille s’élargisse; l’âge où on a envie de frencher du nouveau monde, du monde qu’on connaît peu, qu’on admire de loin», écrivent les co-directeurs. Sont donc invités, à l’occasion du festival, une dizaine d’amoureux des mots venus de partout dans la francophonie.

Avec le Bal Littéraire Azerty-qwerty (3 mai), des auteurs québécois de l’École nationale de théâtre du Canada (ENT) auront l’occasion de rencontrer des auteurs français, de l’École nationale supérieure des arts et techniques du théâtre (ENSATT) de Lyon. En 48 heures, ils créeront une fable urbaine, accompagnée de musique.

Des entrevues artistiques et des performances inédites seront aussi présentées durant les 5 à 7 Frenche la planète (tous les soirs du 29 avril au 5 mai), où seront mis en valeur des auteurs en provenance de la France, de la Suisse, de la Belgique, de la République démocratique du Congo et des Comores.

Enfin, la soirée de fermeture permettra quant à elle de redécouvrir des textes à succès des précédents festivals du Jamais Lu, mis en bouche par des auteurs, comédiens, artistes et même des chorégraphes.

L’histoire d’un succès inattendu
Né lors d’un événement spontané organisé par Marcelle Dubois en 2001, le festival n’a cessé d’attirer un plus grand nombre d’auteurs au public plus large.

«Pour moi, c’est un peu surréaliste parce que j’avais 21 ans quand ça a débuté. Je commençais en création littéraire. Je me disais que je n’avais pas envie d’attendre qu’on m’invite dans des grands théâtres et que je pouvais déjà faire quelque chose avec ce que j’avais à dire», raconte Mme Dubois, fondatrice du Jamais Lu et directrice du théâtre Aux Écuries.

Après quelques années sur les planches de l’ancien café-théâtre l’Aparté de la rue Saint-Denis, le festival déménage dans la salle O Patro Vys, rue Mont-Royal. Petit à petit, les partenaires se greffent au Jamais Lu.

«Quand on est arrivé Aux Écuries en 2011 ça a explosé. Le fait qu’on ait notre maison, deux salles, ça a pris de l’envergure. On s’est mis à faire des cabarets littéraires qui rejoint un plus grand public», poursuit Mme Dubois.

Depuis, des auteurs québécois ont amené le Jamais Lu à Québec et même à Paris.

Financement
Jusqu’au 12 avril, le public peut contribuer à l’écriture d’un texte théâtral par Les Appendices, en envoyant à l’équipe du festival une suggestion de mot accompagnée d’un don, au jamaislu.com

Le 15e Festival du Jamais Lu
Théâtre Aux Écuries, 7285 rue Chabot
28 avril au 6 mai

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!