TC Media/Archives André Trépanier, intervenant au Comité d'action Parc-Extension

Le Comité d’action Parc-Extension (CAPE) déplore que la Ville de Montréal n’ait pas converti les immeubles barricadés de feu Claudio Di Giambattista, surnommé le «roi des taudis», en logements sociaux.

En avril, un nouveau propriétaire a acquis les trois bâtiments pour une somme de 1,9 M$, soit 145 000 $ en deçà de leur évaluation municipale.

Selon le CAPE, la Ville a raté une bonne occasion d’augmenter le nombre de logements disponibles pour des personnes à faible revenus, alors que Denis Coderre promettait lors de la campagne électorale de 2013, de saisir des immeubles insalubres.

«Aucun propriétaire n’a été saisi. Si cela n’a pas été possible envers feu M. Di Giambattista, envers qui cela sera-t-il possible», demande le responsable de la lutte à l’insalubrité du CAPE, André Trépanier.

Pour la mairesse d’arrondissement, Anie Samson, la promesse consistait en la construction de davantage de logements sociaux, ce qui a été réalisé sur le territoire de Villeray – Saint-Michel – Parc-Extension.

«Nous n’avons refusé aucun dossier de logement social dans l’arrondissement. Plusieurs projets sont en cours. À chaque occasion où on peut, on le fait avec les groupes de logement», affirme-t-elle.

Au fil du temps, M. Giambattista a été ciblé par des milliers de dollars en amendes et de nombreux avis d’évacuation pour cause de moisissures, vermines et manque d’entretien de ses immeubles. Aujourd’hui, seul le 7590, rue Durocher est encore occupé par six locataires.

De son côté, le 785, rue Ball a été le premier immeuble montréalais à recevoir un avis de détérioration inscrit sur le registre foncier. Cette mesure est le dernier recours de la Ville selon le Plan d’action de lutte à l’insalubrité des logements 2014-2017. Surviennent d’abord les visites des inspecteurs, des avis de non-conformité et des amendes.

Questionnée lors du conseil d’arrondissement du 3 mai, la mairesse a laissé entendre qu’une solution pourrait être envisagée pour convertir les immeubles de M. Giambattista.

«­­Il va y avoir du travail à faire là et s’il y a une chance de le récupérer, je peux vous assurer qu’on va le faire», a-t-elle répondu.

Les services de l’arrondissement ont aussi fait savoir qu’une rencontre était organisée avec le propriétaire dans la semaine du 9 mai.

Aussi dans Actualités :

Nous sommes présentement en train de tester une nouvelle plateforme de commentaires sur notre site web. Grâce à Facebook Comments, vous pourrez laisser vos commentaires par l’entremise de votre compte Facebook directement sous les articles sur notre site web. Pour ceux qui ne sont pas membres du réseau social, nous vous invitons à faire vos commentaires via l’adresse courriel opinions@journalmetro.com. Merci de nous lire!