JOHANNESBOURG, Afrique du Sud — Les gardiens du plus grand parc d’Afrique du Sud abattront 350 buffles et hippopotames pour amenuiser l’impact de la pire sécheresse à frapper la région en plus de 30 ans.

Les populations de buffles et d’hippopotames du parc national Kruger — soit environ 47 000 et 7500, respectivement — atteignent actuellement des sommets sans précédent. La viande des animaux tués sera distribuée à des communautés pauvres en périphérie du parc.

La sécheresse menace de famine des millions de personnes dans plusieurs pays.

Les hippopotames et les buffles consomment de vastes quantités de végétation et plusieurs animaux succomberont de toute façon à la sécheresse, a dit un porte-parole des parcs sud-africains. Une sécheresse au début des années 1990 avait tué la moitié des buffles du parc, mais la population a ensuite rebondi.

Les gardiens cibleront les hippopotames qui se rassemblent en nombres inhabituellement élevés dans de petits étangs, ce qui rend l’eau imbuvable en raison de leurs excréments.

Les hippopotames sont aussi plus menacés par la sécheresse que les autres, puisque leur alimentation est plus limitée et qu’ils passent la journée dans l’eau après s’être nourris la nuit.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus