Christian Essler Christian Essler / The Associated Press

BERLIN — Des dizaines de policiers allemands ont dû intervenir mercredi soir quand une violente bagarre a éclaté entre des demandeurs d’asile et des militants d’extrême droite.

La violence s’est produite à Bautzen, une ville de l’est de l’Allemagne située entre Dresden et la frontière avec la Pologne. Cette ville avait déjà été le théâtre d’incidents racistes.

Environ 80 Allemands et 20 réfugiés en sont venus aux coups sur une place publique. Les policiers qui ont voulu s’interposer ont été atteints par les bouteilles et les bâtons lancés par les demandeurs d’asile.

Les militants d’extrême droite ont scandé des slogans et suivi les réfugiés jusqu’à leur abri pendant que les policiers peinaient à séparer les deux groupes, selon une source policière. Les policiers ont notamment eu recours à leurs matraques et à du gaz poivré, autant pour se protéger que pour séparer les belligérants.

Les militants ont ensuite lancé des pierres à une ambulance qui se rendait soigner un migrant blessé, ce qui l’a contraint à rebrousser chemin.

Le maire de Bautzen, Alexander Ahrens, a condamné la violence et promis de déployer encore plus de policiers et de travailleurs sociaux pour empêcher de nouveaux incidents du genre de se produire. Il a ensuite révélé que les tensions entre jeunes réfugiés et jeunes Allemands étaient palpables depuis deux semaines sur la place Kornmarkt.

Le ministre de l’Intérieur de la Saxe a lui aussi annoncé l’envoi de plus de policiers et prévenu qu’aucun nouveau débordement ne sera toléré.

La vingtaine de réfugiés impliqués dans la bagarre étaient des mineurs qui n’étaient pas accompagnés. Un couvre-feu de 19 h a maintenant été imposé à leur abri et il est dorénavant interdit d’y posséder de l’alcool. Les militants d’extrême droite étaient des jeunes hommes et des jeunes femmes en état d’ébriété.

L’Allemagne a accueilli l’an dernier des centaines de milliers de réfugiés.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus