LONDRES — Le gouvernement britannique a approuvé jeudi la construction d’une première nouvelle centrale nucléaire en 20 ans.

Le projet d’une valeur de 31,3 milliards $ CAN sera financé par la firme nucléaire chinoise CGN et par le géant français EDF, ce qui a suscité des craintes au niveau de la sécurité nationale.

Le communiqué publié jeudi prévient ainsi que les prochains projets d’infrastructures financés depuis l’étranger seront assujettis à des règles plus strictes.

La Chine et la France ont applaudi l’approbation du projet de Hinkley Point, qui survient quelques semaines après que la nouvelle première ministre britannique Theresa May ait gelé le processus dans la foulée de son élection, pour se donner le temps d’étudier le dossier.

Des parlementaires britanniques se méfiaient de l’enthousiasme dont témoignait l’ancien premier ministre David Cameron pour les liens avec Pékin et s’inquiétaient pour des raisons de sécurité de voir la Chine détenir une participation importante dans une infrastructure aussi cruciale.

Le ministre de l’Énergie Greg Clark a assuré que des mesures seront prises pour garantir que le projet ne pourra changer de mains sans l’accord du gouvernement. EDF ne pourra ainsi vendre sa participation majoritaire sans l’approbation de Londres.

La Chine pourrait maintenant participer au développement de deux nouvelles centrales nucléaires au Royaume-Uni. Le gouvernement français détient une participation majoritaire dans EDF.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus