MOSCOU — Le parti Russie unie lié au président Vladimir Poutine a remporté les élections législatives, selon des résultats préliminaires, au coeur d’un processus entaché par des allégations de fraude électorale et une apathie des électeurs dans les deux plus grandes villes du pays.

Avec plus de 22 pour cent des bulletins comptabilisés, le parti pro-Kremlin récoltait 50,3 pour cent des voix. Les libéraux démocrates et les communistes obtenaient chacun un résultat d’environ 15 pour cent, et le parti Russie juste récoltait six pour cent des voix.

Il semble qu’aucun des deux partis s’opposant ouvertement à Vladimir Poutine ne parviendra à se faufiler au Parlement.

Ce portrait pourrait changer lorsque seront comptabilisés les résultats des régions plus à l’ouest de la Russie, qui sont plus urbaines et où l’on retrouve plus d’électeurs contestataires.

Le scrutin pour combler les 450 sièges à la Douma, la chambre basse du Parlement, ne devrait pas changer considérablement la distribution du pouvoir, alors que le parti Russie unie détient la majorité absolue depuis plus d’une décennie. Mais la perception des citoyens sur l’honnêteté de l’élection pourrait être un facteur significatif pour déterminer si des manifestations seront organisées après le vote.

Des manifestations monstres avaient éclaté à Moscou après l’élection de 2011, prenant de court les autorités en raison de leur ampleur et de leur persistance.

Le taux de participation dans les plus grandes villes semblait être beaucoup plus faible qu’il y a cinq ans, laissant croire à un relâchement de la pratique d’obliger les employés de l’État à voter et à une certaine protestation silencieuse des électeurs.

Le taux de participation à 18h (heure locale) était à un creux record de 29 pour cent à Moscou, comparativement à plus de 50 pour cent il y a cinq ans, et à moins de 20 pour cent à Saint-Pétersbourg, la deuxième ville en importance.

La dirigeante de la Commission électorale centrale de la Russie, Ella Pamfilova, qui avait promis d’assainir le système grugé par la corruption lorsqu’elle a pris la tête de l’organisation plus tôt cette année, a affirmé qu’elle ne voyait aucune raison d’annuler le résultat du vote de dimanche, bien qu’elle ait reconnu que l’élection «n’était pas stérile».

Les plaintes de fraudes électorales se sont multipliées, dimanche.

Le groupe d’observation des élections Golos avait reçu plus de 2000 plaintes en début d’après-midi relativement à des incidents survenus partout au pays.

De longues files de soldats auraient voté dans des bureaux où ils n’étaient pas enregistrés, tandis que d’autres électeurs auraient rempli leur bulletin de vote sur des tables plutôt que dans des isoloirs, derrière des rideaux.

Une vidéo publiée sur YouTube semble montrer un scrutateur dans la région de Rostov qui dépose plusieurs feuilles de papier dans une boîte de scrutin.

Un candidat pour un parti d’opposition dans la région d’Altaï, en Sibérie, a dit à l’agence de presse de l’État Tass que des jeunes avaient voté au nom d’électeurs aînés qui étaient peu enclins à se déplacer pour voter.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus