BERLIN — Les sociaux-démocrates et le parti de la chancelière allemande Angela Merkel sont sortis vainqueurs de l’élection régionale à Berlin, dimanche, mais leurs appuis respectifs ont grandement diminué et ne leur permettront pas de gouverner ensemble comme par le passé, selon des sondages à la sortie de l’urne.

Selon les projections du réseau de télévision public ARD, le Parti social-démocrate (SPD) a remporté 23 pour cent du vote populaire — en baisse de 5,3 pour cent — tandis que l’Union chrétienne-démocrate (CDU) de Mme Merkel a recueilli 18 pour cent des appuis, soit 5,4 pour cent de moins qu’au dernier scrutin.

Ce résultat survient deux semaines après que le CDU eut essuyé une cuisante défaite dans la région du Mecklembourg-Poméranie-Occidentale, où il a fini troisième. Le scrutin de dimanche — le pire résultat des chrétiens-démocrates dans la capitale — maintient la pression sur la chancelière à un an des élections nationales.

À Berlin, c’est toutefois les enjeux locaux qui ont dominé la campagne électorale. Les quelque 3,5 millions d’habitants sont largement désillusionnés par la bureaucratie inefficace et les retards incessants dans l’ouverture de son nouvel aéroport.

Peter Tauber, le secrétaire général de l’Union chrétienne-démocrate, a reproché au maire social-démocrate de Berlin, Michael Müller d’avoir monté les électeurs contre les deux partis au pouvoir en déclarant que «le poisson pourrit toujours par la tête».

M. Müller s’est cependant dit satisfait des résultats qui démontrent selon lui «que (son) parti est le plus fort et qu’il a le mandat de former un gouvernement».

Sans la «grande coalition» entre le SPD et le CDU, les sociaux-démocrates devront gouverner avec l’appui du Parti vert et du parti de gauche radicale.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus