The Associated Press

NEW YORK — Des agents du FBI ont intercepté une voiture sur une autoroute de Brooklyn, dimanche soir, et ont interrogé les occupants du véhicule, dans le cadre de l’enquête sur l’explosion survenue à New York, samedi soir, et qui a fait 29 blessés.

Des agents ont arrêté «un véhicule d’intérêt pour l’enquête», à 20h45 dimanche, a affirmé la porte-parole du FBI, Kelly Langmesser.

Mme Langmesser n’a pas voulu fournir plus de détails, mais un représentant du gouvernement et un responsable des autorités qui étaient au courant de l’enquête ont affirmé que cinq personnes qui se trouvaient dans la voiture étaient questionnées dans un édifice du FBI, à Manhattan.

Ces derniers ont requis l’anonymat, n’étant pas autorisés à parler de l’enquête en cours.

«Aucune arrestation n’a été faite et l’enquête se poursuit», a ajouté Kelly Langmesser.

Alors que les autorités tentaient toujours de trouver qui était derrière l’explosion, dimanche, un responsable fédéral a expliqué que la bombe qui a secoué le quartier animé de Chelsea, à Manhattan, contenait des résidus d’un explosif souvent utilisé pour la pratique de tirs et peut être acheté dans de nombreux magasins d’articles de sport.

Cette découverte de poudre explosive Tannerite pourrait être un détail important, puisque les autorités tentaient de confirmer s’il y avait un lien possible entre l’explosion de la 23e rue Ouest et un autocuiseur attaché à des câbles et à un téléphone cellulaire trouvé quelques pâtés de maisons plus loin.

Le gouverneur de l’État de New York, Andrew Cuomo, a déclaré qu’il ne semblait pas y avoir de lien avec le terrorisme international. Il a ajouté que le second dispositif semblait «de conception similaire» au premier, mais n’a pas fourni plus de détails.

Des téléphones portables ont été découverts sur les sites des deux attaques à la bombe, mais aucun résidu de Tannerite n’a été retrouvé dans le cas du New Jersey, où une poudre noire a plutôt été détectée, a déclaré un responsable à l’Associated Press, qui a requis l’anonymat en raison de l’enquête en cours.

Les autorités ont affirmé que les incidents de Manhattan et de Seaside Park, au New Jersey, n’étaient pas connectés, sans toutefois rien n’exclure.

Des techniciens de Quantico, en Virginie, examinaient les preuves de l’attentat de Manhattan, décrit par des témoins comme une explosion assourdissante qui a fracassé des vitrines de commerces et qui a blessé des passants. L’ensemble des 29 personnes blessées avaient reçu leur congé de l’hôpital, dimanche après-midi.

En soirée dimanche, des enquêteurs ont examiné un dispositif suspect trouvé dans une poubelle près d’une gare à Elizabeth, au New Jersey.

Selon le maire de la municipalité, Christian Bollwage, deux hommes ont appelé la police et ont rapporté avoir vu des fils sortir d’un paquet, vers 21h30.

Plus tôt dimanche, une équipe du FBI ont fouillé le véhicule d’un chauffeur d’Uber qui avait été endommagé dans l’explosion de Manhattan.

Le conducteur, MD Alam, de Brooklyn, venait tout juste de prendre trois passagers à bord et circulait près de la 23e rue Ouest quand la déflagration s’est produite, cassant les fenêtres de la voiture et laissant de grands trous dans la portière arrière du côté passager.

Un total de 1000 policiers et gardes nationaux supplémentaires ont été déployés autour des terminaux d’autobus et à d’autres endroits à travers la ville, en plus de patrouiller dans les rues de New York, ont indiqué les autorités.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus