SÉOUL, Corée, République de — Pour la deuxième fois depuis la semaine dernière, les États-Unis ont envoyé mercredi des bombardiers supersoniques dans le ciel de leur allié sud-coréen dans une démonstration de force à l’endroit de la Corée du Nord à la suite du récent essai nucléaire du régime de Kim Jong Un.

L’armée américaine a fait savoir que l’un des deux appareils B-1B s’est ensuite posé à la base aérienne d’Osan, située à quelque 120 kilomètres de la frontière de la Corée du Nord. On croit que les bombardiers devaient ensuite rentrer à la base de l’île de Guam.

De tels lancements ne sont pas rares lors de périodes d’animosité plus marquée dans la péninsule coréenne. Les deux pays sont techniquement en état de guerre en l’absence d’un traité de paix depuis la guerre de Corée de 1950 à 1953.

La Corée du Sud ne détient pas d’armes nucléaires et dépend du parapluie nucléaire des États-Unis pour tenir tête à la Corée du Nord.

Le bombardier B-1B ne peut transporter d’armes nucléaires en vertu d’un traité de désarmement. De plus, des observateurs militaires américains soutiennent que sa configuration actuelle ne permet pas qu’il y en ait à bord.<

La Corée du Nord a confirmé avoir effectué le 9 septembre dernier un essai nucléaire de haut niveau qui lui permettrait de finalement fabriquer un arsenal d’armes atomiques plus puissantes, plus petites et plus légères. Le geste a aussitôt été condamné par le Conseil de sécurité des Nations unies (ONU) de même que par la communauté internationale.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus