WASHINGTON — Hillary Clinton a dépensé 645 000 $ US de plus par jour que son rival, Donald Trump, le mois dernier, mais en dépit des 50 millions $ US investis par sa campagne, elle n’a pas été en mesure de distancer le milliardaire dans la course à la Maison-Blanche.

Août a été le mois le plus dispendieux de la campagne de la candidate démocrate à la présidentielle américaine. Durant cette période, Mme Clinton et le Parti démocratique ont déboursé au total 78 millions $ US contre environ 47 millions $ US pour M. Trump et le Comité national républicain.

Si les deux aspirants présidents récoltent de fortes sommes auprès de leurs donateurs, Hillary Clinton mène une campagne plus traditionnelle comprenant un budget publicitaire de plusieurs millions de dollars et de coûteuses activités visant à rejoindre les électeurs alors que Donald Trump a réduit ses dépenses en bénéficiant d’une importante couverture médiatique gratuite et en confiant à sa formation politique le soin de communiquer avec l’électorat.

L’homme d’affaires s’est d’ailleurs vanté de cette différence entre l’ancienne secrétaire d’État et lui, affirmant durant un rassemblement en Caroline du Nord mardi que gagner en dépensant moins était quelque chose de positif.

Mme Clinton consacre la majeure partie de son argent à la publicité, qui lui coûte quelque 10 millions $ US par semaine. Selon la firme Kantar Media, elle a submergé 11 États avec un total de 35 714 annonces télévisées au cours du mois d’août comparativement à 7457 publicités dans 5 États pour M. Trump.

La candidate démocrate a aussi mis sur pied une solide équipe de campagne comptant 800 employés et pour laquelle elle a dépensé 5 millions $ US le mois dernier. Même après avoir procédé à un blitz d’embauches en août, son adversaire républicain n’a que 130 employés et 100 consultants.

L’argent n’est toutefois qu’un facteur parmi tant d’autres. Les sondages indiquent que l’écart entre Hillary Clinton et Donald Trump s’est amenuisé. Certains lui accordent une nette avance alors que d’autres révèlent une course très serrée sur le plan national et dans les États clés comme la Floride et l’Ohio, qui comptent un grand nombre d’électeurs indécis.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus