f.duckett f.duckett / The Associated Press

CHARLOTTE, N.C. — Les manifestants sont sortis dans les rues de Charlotte pour une troisième nuit consécutive, jeudi, tentant d’accentuer la pression sur les autorités pour qu’elles diffusent une vidéo qui pourrait clarifier les circonstances entourant la mort d’un homme noir tué par un policier, plus tôt cette semaine.

La police de Charlotte, en Caroline du Nord, refuse de se soumettre aux pressions d’une partie de la population demandant la diffusion de cette vidéo montrant un policier noir tuant un homme noir. Un avocat de la famille, qui a vu la vidéo jeudi soir, a réclamé qu’elle soit rendue publique immédiatement.

Le chef de la police, Kerr Putney, avait déclaré plus tôt jeudi que la diffusion de cette vidéo pourrait nuire à l’enquête en cours. Il a dit aux journalistes qu’elle serait rendue publique lorsqu’il y aura une «raison impérieuse» de le faire.

«Ne vous attendez pas à ce qu’elle soit diffusée, a-t-il prévenu. Je ne vais pas compromettre cette enquête.»

M. Putney a aussi affirmé que la vidéo ne montrait pas clairement la victime âgée de 43 ans, Keith Lamont Scott, pointer une arme à feu vers qui que ce soit.

La vidéo pourrait pourtant faire la lumière sur des témoignages contradictoires au sujet de l’incident. La police affirme en effet que Keith Lamont Scott a refusé de laisser tomber son arme à feu après en avoir reçu l’ordre plusieurs fois. Des résidants du secteur ont cependant assuré que l’homme n’était pas armé, qu’il n’avait dans ses mains qu’un simple livre.

L’avocat de la famille Scott, Justin Bamberg, a déclaré que les proches avaient regardé la vidéo au cours de la soirée de jeudi. Il a indiqué qu’il était impossible de déterminer, dans la vidéo, si M. Scott avait quelque chose dans les mains lorsqu’il a été atteint par les tirs de la police.

Dans un communiqué, Me Bamberg a affirmé que la famille voulait que la vidéo soit rendue publique immédiatement.

Selon Me Bamberg, on peut voir M. Scott sortir calmement de son véhicule, mardi, et alors que des policiers lui donnent plusieurs ordres, il ne s’approche pas d’eux. L’avocat a affirmé que M. Scott avait les deux mains le long du corps et qu’il reculait lentement lorsqu’il a été atteint par des tirs.

Plus tôt jeudi, l’avocat avait révélé que la femme de M. Scott avait été témoin de la scène. «C’est quelque chose qu’elle n’oubliera jamais, jamais», a-t-il souligné.

Couvre-feu

En milieu de soirée, la mairesse Jennifer Roberts a ordonné un couvre-feu qui est entré en vigueur à minuit, alors qu’un grand nombre de manifestants étaient descendus dans les rues pour un troisième soir de suite.

La foule marchait de façon pacifique, scandant des slogans comme «diffusez la vidéo» et «nous voulons la vidéo» et réclamaient des réponses quant à la mort de Keith Lamont Scott. Plus tard, plusieurs dizaines de manifestants se sont dirigés sur une autoroute, mais ils ont été repoussés par la police en tenue anti-émeute.

La mairesse de Charlotte a attendu que les manifestations de jeudi soient en cours pendant plus d’une heure avant de signer les documents qui autorisent un couvre-feu dans toute la ville.

Le couvre-feu, qui est en vigueur de minuit à 6 h, sera répété plusieurs jours, jusqu’à ce que les fonctionnaires déterminent que la situation d’urgence est terminée.

Mais, jeudi soir, les manifestants ont continué de marcher après que le couvre-feu soit entré en vigueur. Mike Campagna de la police de Charlotte a déclaré aux journalistes que les policiers ne chercheraient pas à disperser les manifestants de la rue, aussi longtemps que ces derniers demeuraient pacifiques. Le nombre de manifestants diminuait alors que le matin arrivait.

Dans une entrevue plus tôt à CNN, la mairesse a dit qu’elle pensait que le couvre-feu était le moyen le plus efficace pour maintenir la paix dans la ville.

Mercredi soir, des émeutiers ont attaqué des journalistes et des passants, fracassé des vitrines, saccagé des immeubles de bureaux et des restaurants. Plus de 40 personnes ont été arrêtées.

Un manifestant, qui avait été grièvement blessé la veille lorsqu’il a été atteint par un coup de feu, a succombé à ses blessures jeudi soir. Selon les autorités municipales, ce n’est pas la police qui a tiré sur cet individu.

Un nombre non divulgué de membres de la Garde nationale ont été déployés dans les rues de Charlotte. Certains circulaient à bord de véhicules Humvee, tandis que d’autres patrouillaient à pied en tenue militaire, leur arme bien en vue. Des policiers de l’État de la Caroline du Nord et des experts en résolution de conflit du ministère fédéral de la Justice sont également sur place afin de maintenir la paix publique.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus