NATIONS UNIES, N.Y. — Le premier ministre israélien Benyamin Nétanyahou a invité jeudi le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, à venir s’adresser à la Knesset, le Parlement israélien.

Au cours d’un discours prononcé devant l’Assemblée générale de l’ONU, M. Netanyahou a dit espérer avoir l’occasion de s’exprimer à son tour devant le Conseil législatif palestinien.

Le premier ministre s’est dit prêt à négocier tout statut définitif pour la Palestine, mais il a prévenu qu’il n’accepterait jamais de négocier le droit des Juifs d’avoir un seul État. Selon lui, les récents changements survenus au Moyen-Orient mèneront à l’amélioration des relations entre l’État hébreu et ses voisins.

Les Palestiniens refusent de rencontrer M. Nétanyahou, n’en voyant pas la nécessité en raison des positions radicales du premier ministre israélien sur tous les enjeux fondamentaux. Le premier ministre a rejeté un moratoire sur l’implantation de colonies dans les territoires occupés et toute division de Jérusalem. Il refuse que les frontières de 1967 servent de base aux discussions avec les Palestiniens.

Peu avant le discours de M. Nétanyahou, Mahmoud Abbas s’était lui aussi adressé à l’Assemblée générale. Il a exhorté les membres de l’ONU à multiplier les efforts pour permettre l’établissement d’un véritable État palestinien indépendant. Il a qualifié l’occupation israélienne — qui est entrée dans sa 50e année d’existence — «d’odieuse».

Il a dit souhaiter que l’ONU déclare 2017 «année internationale pour mettre un terme à l’occupation israélienne» en Palestine.

M. Abbas a ajouté qu’il continuait de tendre la main, mais il a mis en doute la volonté de tous dirigeants israéliens de vouloir établir «une paix véritable qui entraînerait l’abandon d’une mentalité hégémonique, expansionniste et colonisatrice».

Il a aussi accusé Israël de «continuer d’esquiver» la tenue d’une rencontre internationale que souhaite accueillir la France avant la fin de l’année pour maintenir le cap sur un calendrier visant à mettre un terme à l’occupation.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus