The Associated Press Ahmad Rahami

NEW YORK — Le père de l’homme qui est accusé d’avoir fait exploser des bombes à New York et au New Jersey dit avoir averti le FBI en 2014 de l’apparente radicalisation de son fils.

Joint au téléphone par l’Associated Press, vendredi matin, Mohammad Rahami a soutenu que la personnalité de son fils avait changé après que celui-ci eut effectué un voyage en Afghanistan et au Pakistan en 2013.

Ahmad Khan Rahami, un citoyen américain né en Afghanistan, a été blessé dans un échange de tirs avec la police, lundi.

Les procureurs soutiennent que le suspect de 28 ans avait prémédité son geste depuis des mois, qu’il avait acheté les composantes utilisées pour fabriquer les bombes sur internet et simulé une explosion dans sa cour arrière.

Les enquêteurs tentent toujours de déterminer si Ahmad Rahami avait des complices aux États-Unis et s’il entretenait des liens avec des groupes terroristes à l’étranger.

Un représentant de la police fédérale américaine a toutefois remis en doute le fait que Mohammad Rahami ait discuté avec des agents du FBI du changement de comportement de son fils.

Mohammad Rahami a été interrogé par des agents du FBI en 2014 après qu’Ahmad Rahami eut été arreté pour avoir poignardé l’un de ses frères à la jambe.

D’après le représentant du FBI, qui a parlé de ce dossier à l’Associated Press sous le couvert de l’anonymat, Mohammad Rahami n’a à «aucun moment» discuté de la radicalisation de son fils ou de son intérêt pour la propagande islamiste au cours de cet entretien.

À l’époque, les procureurs avaient tout de même noté qu’Ahmad Rahami tenait un journal dans lequel il louangeait Oussama ben Laden et d’autres extrémistes musulmans.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus