Getty Images

Le président de la Chambre des représentants, Paul Ryan, a dit à ses comparses républicains qu’il ne défendrait plus Donald Trump, le candidat du parti à la présidentielle, après qu’une vidéo de ce dernier où il tient des propos obscènes envers les femmes eut fait surface, vendredi. L’élu républicain le plus haut placé n’a pas retiré son appui à Trump, affirmant qu’il «s’assurerait qu’Hillary Clinton n’obtienne pas de chèque en blanc avec l’obtention d’une majorité au Congrès». Le gourou de l’immobilier a répondu sur les médias sociaux en écrivant que Ryan ne devait pas perdre de temps à le combattre. Bryan Cole, expert en politique américaine à l’université de Houston, explique comment Trump endommage le Parti républicain.

Paul Ryan dit qu’il ne défendra plus Trump. Pourquoi a-t-il tout fait sauf concéder qu’Hillary Clinton deviendrait présidente?
Paul Ryan semble prendre acte de la forte possibilité que Donald Trump perde l’élection le mois prochain. Il veut que les républicains gardent la mainmise sur le Congrès pour qu’Hillary Clinton n’obtienne pas carte blanche pour concrétiser ses promesses.

Trump a tweeté que Ryan ne devrait pas perdre son temps à le combattre. Quelles actions Ryan devrait-il adopter?
Comme tout les républicains, Ryan fait face à un dilemme. Ils ont besoin du soutien de la base fidèle à Trump, mais cette base est insuffisante pour leur garantir la victoire. Ryan doit s’assurer d’obtenir des votes d’électeurs opposés à Trump sans s’aliéner la base qui est fidèle à ce dernier. On ne sait pas, à ce stade, exactement ce qui va se passer.

monde-etats-unis-bryan-cole«La candidature de Trump pourrait avoir des conséquences à plus long terme, notamment sur la capacité du Parti républicain à attirer un large soutien aux prochaines élections.» –Bryan Cole, expert en politique américaine à l’université de Houston

À quel point l’attitude de Trump est-elle dommageable pour le parti?
Trump nuit au parti pour deux raisons. D’abord, il séduit une base blanche à un moment où le parti a besoin d’attirer les électeurs issus de la diversité. C’est un problème à long terme. Ensuite, il met en péril les candidats républicains qui sont engagés dans des luttes serrées pour leur réélection au Sénat et à la Chambre des représentants, qui pourraient tous deux échapper aux républicains le 8 novembre.

Aussi dans Monde :

Dû à un problème technique relié à la publication de publicités sur notre site web, nous avons temporairement désactivé la zone de commentaires sur le site web. En attendant que le problème soit réglé, nous invitons les lecteurs à faire leurs commentaires via notre page Facebook, soit directement sur notre mur, ou en message privé. Merci de votre compréhension et merci de nous lire!