MAIDUGURI, Nigéria — Quatre-vingt-trois soldats nigérians sont portés disparus depuis que Boko Haram a attaqué une base militaire reculée du nord-est du pays, ont indiqué dimanche des responsables de l’armée.

Les soldats ont pris la fuite face à la puissance de feu supérieure des djihadistes, ont révélé des officiers à l’Associated Press sous le couvert de l’anonymat.

Ces mêmes officiers ont confié que les soldats ne recevaient plus qu’un repas par jour et que leurs salaires étaient pillés par leurs commandants.

Un porte-parole de l’armée avait admis la semaine dernière que «certains» soldats étaient disparus depuis l’attaque du 17 octobre, qui a fait 13 blessés dans le village de Gashigar, près de la frontière avec le Niger.

Des dizaines de soldats en déroute ont sauté dans le fleuve Niger, dont 22 qui ont été repêchés par les militaires de ce pays. Plusieurs autres pourraient s’être noyés.

Les islamistes continuent à sévir dans le nord du Nigéria, même après avoir essuyé une série de revers militaires au cours de la dernière année.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus