KAMPALA, Ouganda — Deux membres d’un parti d’opposition ougandais ont été arrêtés, mardi, alors qu’ils manifestaient leur appui à Donald Trump devant l’ambassade des États-Unis à Kampala.

Les deux hommes — identifiés comme étant Allan Kitonsa et Moses Bigirwa — risquent d’être accusés d’attroupement illégal pour avoir manifesté sans l’autorisation préalable de la police, a indiqué un porte-parole de la police ougandaise, Emilian Kayima.

Les partisans du candidat républicain à la présidentielle américaine font partie du Parti démocratique ougandais, l’une des nombreuses formations politiques de l’opposition.

Le journal ougandais «Daily Monitor» a rapporté que les deux hommes faisaient partie d’un groupe de partisans de M. Trump, dont un portant une affiche sur laquelle était écrit «Un vote pour Trump est un vote contre la dictature en Afrique».

Les critiques s’élèvent de plus en plus contre le président de l’Ouganda, Yoweri Museveni, ses opposants l’accusant d’agir comme un despote.

À la suite des élections contestées de février, la principale figure de l’opposition, Kizza Besigye, a été accusée de trahison.

M. Museveni est un allié des États-Unis en matière de sécurité régionale. Ses adversaires politiques clament ainsi que le gouvernement américain se garde bien de commenter les allégations de violations des droits de la personne dont il fait l’objet.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus