AP

CALAIS, France — Des bouteurs ont entrepris jeudi de raser le camp de réfugiés de Calais, dans le nord de la France, maintenant que tous ses habitants ont été évacués.

Le camp avait été lourdement endommagé par les flammes la veille, quand des migrants avaient incendié leurs anciens abris au moment de partir.

Près de 6000 personnes ont été évacuées en seulement trois jours. La majorité d’entre elles ont été relocalisées ailleurs au pays, mais d’autres habitent maintenant des conteneurs chauffés sur le site du camp ou se sont volatilisées dans la nature.

Certains migrants provenant d’ailleurs en France ou même d’Allemagne s’étaient également rendus à Calais pour profiter de l’offre du gouvernement français de les transporter vers un refuge où ils pourront présenter une demande d’asile. Seuls les anciens habitants du camp ont toutefois pu s’en prévaloir.

Ce camp surnommé «la jungle» avait pris naissance il y a 18 mois et sa présence était tolérée depuis par les autorités françaises. Son évacuation, qui a débuté lundi et devait durer toute la semaine, a pris fin subitement après trois jours, quand des dizaines d’incendies ont été allumés.

La préfète Fabienne Bucco a dit jeudi que des responsables partiront à la recherche des migrants qui ont repris la route ou qui traînent encore dans le camp, et elle a assuré qu’ils seront bien accueillis.

Par ailleurs, la marine libyenne a annoncé jeudi qu’au moins 90 migrants se sont noyés dans la Méditerranée quand leur embarcation s’est désintégrée en pleine mer, après être partie des côtes du pays. La garde côtière a repêché une trentaine de survivants à environ 40 kilomètres des côtes, et ces derniers ont rapporté que leur navire transportait environ 130 personnes.

De son côté, Médecins sans frontières a dit avoir retrouvé 25 corps à bord de deux embarcations surchargées à bord desquelles prenaient place quelque 250 réfugiés.

Au moins 3800 personnes sont noyées dans la Méditerranée depuis le début de 2016, ce qui en fait l’année la plus mortelle jamais vue à ce chapitre.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus