Ali Abdul Hassan / The Associated Press

BERLIN — Daech (le groupe armé État islamique) semble utiliser des dizaines de milliers de civils comme boucliers humains en réponse à l’offensive lancée par l’Irak et ses alliés pour reprendre la ville de Mossoul, a dit vendredi l’agence onusienne des droits de la personne.

L’agence dit avoir été informée que plus de 200 personnes ont été tuées pour avoir refusé de se plier aux ordres de Daech ou pour avoir été membres des forces irakiennes, a déclaré à Genève la porte-parole Ravina Shamdasani.

«Des informations crédibles» permettent de croire que Daech a chassé des dizaines de milliers de personnes de chez elles dans la région de Mossoul et d’autres civils auraient été déplacés vers la ville elle-même, a dit Mme Shamdasani.

Elle a dénoncé la stratégie «dépravée et lâche» des djihadistes qui entasseraient des civils autour de leurs installations militaires et de leurs bureaux. Ceux qui refusent d’obéir sont abattus sur-le-champ, a-t-elle ajouté, tout comme ceux qui refusent de rejoindre les rangs de Daech.

L’agence onusienne explique que des civils provenant de la région de Mossoul ont été envoyés vers Hamam al-Alil, une ville contrôlée par les islamistes dont la population a doublé à 60 000 habitants depuis que les déplacements forcés ont commencé. Les anciens membres des forces de sécurité ont ensuite été séparés des femmes et des enfants, puis les deux groupes ont été emmenés vers Mossoul.

L’ONU dit que 190 anciens membres des forces de l’ordre ont été exécutés mercredi à la base militaire de Ghazlani, au sud de Mossoul, tandis que 42 autres civils ont été tués sur une autre base pour avoir refusé de se joindre à Daech. Vingt-quatre personnes avaient précédemment été abattues mardi.

L’armée américaine a fait savoir vendredi que les forces irakiennes ont repris une quarantaine de villages autour de Mossoul. Elles s’affairaient vendredi à consolider les gains réalisés depuis le début de la semaine, surtout au sud et à l’est de la ville. Les forces irakiennes sont à six kilomètres de l’est de Mossoul, mais à 35 kilomètres du sud de la ville.

Le général Matthew C. Isler a ajouté que les frappes aériennes de la coalition américaine contre les positions djihadistes à Mossoul sont trois fois plus nombreuses que lors d’opérations précédentes pour chasser Daech d’autres villes irakiennes.

Il a aussi dit que des frappes aériennes «chirurgicales» ont permis de détruire plusieurs véhicules utilisés par Daech pour déplacer les civils contre leur gré.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus