REYKJAVIK, Islande — La coalition de gauche menée par le Parti pirate semble en voie de remporter les élections législatives en Islande, mais elle ne l’emportera pas de façon aussi décisive que le prévoyaient les observateurs et devra peut-être ouvrir la porte à un autre parti si elle veut gouverner.

Selon le site Iceland Monitor, la presque totalité des votes ont été dépouillés. La coalition entre les Pirates, le Mouvement Gauche-Vert, les centristes d’Avenir radieux et l’Alliance sociale-démocrate obtient 44,4 pour cent des voix. Même au sein de la coalition, les Pirates, une formation hétéroclite d’inspiration libertaire, sont devancés par le Mouvement Gauche-Vert, 16,8 pour cent des suffrages contre 13,9 pour cent.

Si ces résultats se maintiennent, la coalition serait largement minoritaire puisqu’elle ne disposerait que de 28 sièges sur les 63 que compte le parlement islandais.

Le Parti de l’indépendance (centre-droit), qui dirigeait la coalition gouvernementale, offre une résistance plus forte que prévu. La formation de centre-droit obtient 29,1 pour cent des voix et pourrait compter jusqu’à 21 élus.

Le Parti du progrès, autre membre de la coalition gouvernementale, échappe 14,2 points de pourcentage à 8 pour cent. Il perd 11 élus et n’en aura que sept au prochain parlement.

Le Parti Renaissance, issu d’un schisme au sein du Parti de l’indépendance, a été le choix de 10,6 pour cent des électeurs ayant participé au vote. Il pourrait obtenir six sièges à l’assemblée.

Les Pirates escomptaient de meilleurs résultats, si on se fie aux sondages publiés pendant la campagne; certains les plaçaient même à 20 pour cent dans les intentions de vote. Quant au Parti de l’indépendance, qui gouverne le pays au sein d’une coalition depuis 2013, ces résultats sont plutôt inattendus.

Plusieurs observateurs s’attendaient à ce que la droite soit sanctionnée par l’électorat pour son implication dans la crise financière de 2008 et le scandale des Panama Papers.

Sigmundur David Gunnlaugsson avait dû démissionner de son poste de premier ministre. Il avait été éclaboussé dans le scandale des Panama Papers.

Note aux lecteurs: mise à jour des pourcentage

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus