MAIDUGURI, Nigéria — Deux attentats-suicides commis par des femmes qui semblent affiliées au groupe Boko Haram ont fait neuf morts et 24 blessés samedi matin dans le nord-est du Nigéria, à Maiduguri.

La première explosion est survenue quand l’une des deux kamikazes a tenté d’entrer dans un camp habité par plus de 16 000 réfugiés, vers 7h, a rapporté la milice d’autodéfense Dan Batta.

Dans l’immédiat, les autorités ont indiqué qu’il n’y avait qu’une seule suspecte relativement à l’attaque. Celle-ci a foncé sur un groupe de personnes qui sortait du camp, tuant cinq hommes et blessant 11 femmes, a affirmé un porte-parole militaire, Mustapha Anka, par voie de communiqué.

Une deuxième déflagration s’est toutefois produite une demi-heure plus tard à environ un kilomètre de distance. Un vélotaxi transportant deux passagers a explosé tout près d’une station-service. L’assaillante conduisait le véhicule, qui se trouvait derrière un camion-citerne.

Dans les deux cas, les femmes kamikazes se sont vues interdire l’entrée dans le camp. Dans le cas contraire, les dommages auraient été encore plus graves, a soutenu M. Anka.

En tout, neuf corps ont été retrouvés, dont ceux des deux kamikazes. Vingt-quatre blessés ont été transportés dans un hôpital situé à proximité, a dit le porte-parole de l’Agence nationale de gestion des urgences, Sani Datta.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus