AL-CHOURA, Irak — Les milices chiites d’Irak ont joint l’offensive pour reprendre le contrôle de Mossoul, samedi, lors d’un assaut lancé avant l’aube à l’ouest de la ville tenue par les combattants de Daech (le groupe armé État islamique).

Les forces luttant contre Daech espèrent pouvoir encercler complètement la deuxième plus grande ville d’Irak et couper les routes de ravitaillement reliant la municipalité à la Syrie voisine.

D’autres troupes irakiennes soutenues en aviation et en artillerie lourde par les États-Unis ont forcé le retrait de Daech de la ville d’Al-Choura, au sud de Mossoul, où des civils avaient été rassemblés pour servir de boucliers humains.

Cette double poussée survient près de deux semaines après le lancement de la bataille pour reprendre Mossoul. La plupart des affrontements se tiennent toujours dans des villages et des localités situés loin des limites de la ville.

L’offensive, dans son ensemble, devrait prendre plusieurs semaines, voire des mois.

L’implication des milices chiites — soutenues par l’Iran — est toutefois source d’inquiétudes. La bataille de Mossoul pourrait raviver des tensions sectaires, craint-on.

Des groupes de défenseurs des droits de la personne ont d’ailleurs accusé la milice d’avoir violé les droits de civils dans d’autres zones majoritairement sunnites libérées de Daech. Les leaders chiites nient avoir fait de tels actes.

Le groupe qui rassemble sous son giron plusieurs factions chiites, l’Unité populaire de mobilisation, n’a pas l’intention d’entrer dans la ville de Mossoul même, mais entend plutôt concentrer ses efforts à libérer Tal Afar, localité habitée en grande partie par des chiites et assiégée par des militants de Daech depuis 2014.

Les milices chiites ont réussi, depuis le début des opérations lancées avant l’aube, à reprendre le contrôle de 10 villages, a rapporté à la presse un porte-parole l’Unité populaire de mobilisation, Ahmed al-Assadi, à Bagdad.

Les affrontements se poursuivent toutefois, a-t-il ajouté, et les troupes s’affairent à retirer des pièges explosifs laissés par Daech.

Un porte-parole des troupes du Hezbollah, Jaafar al-Husseini, a par ailleurs affirmé qu’ils avaient pu avancer de sept kilomètres en direction de Tal Afar.

À Bagdad, un attentat-suicide ciblant une station humanitaire pour les pèlerins chiites a tué sept personnes et en a blessé au moins 20, ont indiqué des responsables d’un hôpital et de la police, s’exprimant sous le couvert de l’anonymat.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus