Jacques Boissinot Jacques Boissinot / La Presse Canadienne

QUÉBEC — Si la radicalisation des jeunes passe par internet et les réseaux sociaux, la prévention de ce phénomène devra elle aussi passer par les mêmes canaux, selon le gouvernement Couillard.

Québec annoncera lundi matin des mesures destinées à prévenir la radicalisation des jeunes, en utilisant les mêmes outils dont se servent les groupes extrémistes et terroristes pour endoctriner ces jeunes et les convaincre d’adhérer à leur cause.

L’annonce sera faite dans le cadre de la conférence internationale sur la lutte à la radicalisation des jeunes par internet, un événement organisé par le Québec et parrainé par l’UNESCO, qui se tient à Québec jusqu’à mardi.

«Internet est vraiment le canal par lequel passent les jeunes qui se radicalisent, dans la grande majorité des cas», a commenté la ministre des Relations internationales Christine St-Pierre, à l’occasion d’une mêlée de presse, dimanche.

L’idée consiste donc à utiliser «les mêmes outils que les djihadistes», a renchéri la ministre de la Condition féminine, Lise Thériault. Cette stratégie mise sur les «contre-messages» à transmettre aux jeunes, qui ont accès facilement à quantité de sites web conçus par des groupes extrémistes cherchant à les attirer dans leurs filets.

Les États doivent s’ajuster rapidement aux pratiques, méthodes et outils souvent «sophistiqués» dont se servent les organisations extrémistes pour enrôler les jeunes, «et non pas être à la remorque» de ces groupes, ajoute Mme St-Pierre.

Au terme de la conférence, la ministre St-Pierre compte lancer un «appel» solennel à tous les pays et à «toutes les sociétés libres et démocratiques». Son message: «Donnons-nous la main. Trouvons ensemble des façons de contrer la radicalisation menant à la violence». Cet appel visera à faire en sorte que la conférence ait des suites concrètes partout dans le monde.

Au Québec, une dizaine de cas de jeunes ayant choisi d’adhérer à des organisations radicales et violentes ont été recensés jusqu’à maintenant. Mais le nombre est difficile à évaluer, ce phénomène étant par définition clandestin.

La conférence réunit plus de 450 participants de 70 pays, dont des experts issus de différents ordres gouvernementaux, d’organisations internationales, du secteur privé, du milieu universitaire, mais aussi de la société civile. Des parents de jeunes ayant frayé avec l’extrémisme, dont la mère d’un ancien suprémaciste blanc, viendront témoigner. Des jeunes touchés de près par ces questions seront aussi invités à prendre la parole.

La conférence, qui se tient au Centre des congrès de Québec, a pour but de partager les meilleures pratiques permettant de prévenir la radicalisation menant à la violence et de cibler des pistes de solution communes.

L’événement ne vise pas seulement à s’attaquer au djihadisme islamique, mais bien à toute forme d’extrémisme violent, qu’on pense par exemple aux mouvements néo-nazis et autres organisations d’extrême-droite.

Les fournisseurs d’internet seront eux aussi appelés à examiner quel rôle ils pourraient jouer pour contrer la radicalisation.

Dimanche, les participants ont pu assister en soirée à la pièce de théâtre « Djihad », de l’auteur belge Ismaël Saidi, une première nord-américaine.

Selon la ministre des Relations internationales, le Québec est perçu comme un leader dans la lutte à la radicalisation.

Pas moins de quatre ministres assistaient à la soirée d’ouverture de la conférence: outre Mmes Christine St-Pierre et Lise Thériault, il y avait aussi Francine Charbonneau et Kathleen Weil.

Étaient aussi présentes la déléguée du Québec à l’UNESCO, à Paris, Julie Miville-Dechêne, et la directrice générale de l’UNESCO, Irina Bokova.

«Internet, selon toutes les recherches, est un accélérateur» de radicalisation, a fait valoir Mme Miville-Dechêne. D’où l’importance de mettre l’accent sur cet enjeu.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus