SANAA, Yémen — Des frappes aériennes de la coalition saoudienne menées sur un complexe pénitencier dans l’ouest du Yémen ont fait 58 morts, selon des responsables de la sécurité.

Abdel-Rahman al-Mansab, le chef de la sécurité du district d’al-Zaydia à Hodeida a dit que la plupart des victimes des bombardements de samedi étaient des prisonniers.

Ils faisaient partie d’un groupe de 115 détenus qui purgeaient une peine de prison pour des délits ou qui étaient emprisonnés en attendant leur procès.

La ville située sur le bord de la mer Rouge est contrôlée par les rebelles chiites appelés Houthis.

La coalition saoudienne a indiqué dimanche que le complexe pénitencier était utilisé comme centre de commandement par les rebelles.

Abdel-Rahman al-Mansab a nié cette affirmation, désignant la prison comme un «site de civils», où auraient été tués des détenus, ainsi que des secouristes qui étaient venus pour aider les blessés. Des corps se trouvent toujours dans les ruines, selon le responsable.

«Lorsque je suis allé là-bas, j’ai vu un tas de corps calcinés méconnaissables; ils ont été brûlés à mort», a-t-il relaté.

Un porte-parole médical a dit que près de 60 corps avaient été transférés à l’hôpital militaire, ce qui laisse entendre que certaines des victimes seraient des responsables de la sécurité. Cette source a requis l’anonymat puisqu’elle ne pouvait pas discuter avec les journalistes.

Selon les autorités yéménites, au moins 20 victimes étaient des détenus politiques antihouthis qui étaient soupçonnés de collaborer avec la coalition saoudienne.

Les Houthis ont pris le contrôle de la capitale du Yémen et de la plupart de la région du nord du pays en 2014. Cette avancée des Houthis a forcé le gouvernement reconnu par la communauté internationale à fuir le pays et à demander l’intervention militaire des pays du Golfe, qui mènent une campagne de tirs aériens depuis le mois de mars de l’année dernière.

Le conflit a fait plus de 10 000 morts et blessés, et a forcé quelque trois millions de Yéménites à se déplacer. Le pays le plus pauvre du monde arabe est maintenant menacé par la famine.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus