BAZWAYA, Irak — Les forces irakiennes ont attaqué la ville de Mossoul depuis l’est lundi, ce qui leur a permis de capturer un dernier village avant d’arriver aux confins de la ville et d’ouvrir le chemin pour l’armée.

Les forces irakiennes ont rencontré une opposition farouche de la part des combattants de Daech (le groupe armé État islamique) qui contrôlent Mossoul depuis plus de deux ans. Leurs blindés, y compris des chars américains Abrams, ont essuyé de nombreux tirs de mortiers et d’armes automatiques quand l’offensive a repris avant l’aube, pendant que les positions djihadistes étaient pilonnées par l’artillerie et les frappes aériennes de la coalition américaine.

Les combats se sont calmés en fin de journée. L’armée irakienne se trouvait alors à environ un kilomètre de la périphérie de Mossoul et à moins de dix kilomètres du coeur de la ville.

Au moins trois voitures piégées ont tenté de freiner la progression des forces irakiennes, a dit le brigadier général irakien Haider Fadhil, mais toutes ont été détruites sans causer de dommages.

Les progrès sont plus lents au sud, où les forces irakiennes se trouvent à 35 kilomètres de la ville.

Des résidants coincés par les violences ont affiché des drapeaux blancs sur leurs balcons ou à leurs fenêtres pour annoncer leurs intentions pacifiques, selon le major Salam al-Obeidi, un membre des forces spéciales qui ont capturé le village de Bazwaya. Il a dit que les soldats ont demandé aux habitants de rester chez eux pendant que les soldats patrouillent les rues à la recherche d’éventuels kamikazes.

L’opération pour libérer Mossoul, la deuxième plus grande ville d’Irak, a débuté le 17 octobre et on s’attend à ce qu’elle dure plusieurs semaines, voire quelques mois. Washington estime que quelque 8000 djihadistes défendent la ville.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus