Gregorio Borgia Gregorio Borgia / The Associated Press

NORCIA, Italie — Le premier ministre italien Matteo Renzi s’est engagé lundi à reloger tous les sinistrés chassés de chez eux par les séismes qui ont secoué le centre du pays au cours des derniers jours.

La secousse de magnitude 6,6 qui a frappé dimanche matin, la plus puissante à survenir en Italie en près de 40 ans, a gonflé le nombre de sinistrés à environ 15 000. Ce séisme n’a toutefois pas fait de victimes, puisque les résidants avaient déjà évacué les secteurs et immeubles fragilisés par les secousses précédentes.

La région avait été secouée par un tremblement de terre qui avait fait quelque 300 morts en août, puis par deux répliques la semaine dernière.

Les responsables de la sécurité civile s’attendent à ce que le nombre de sinistrés ne cesse d’augmenter. Plusieurs résidants pourraient demander l’aide de l’État après s’être débrouillés par eux-mêmes, notamment en dormant dans leurs voitures, au cours des derniers jours. Le mercure plonge près du point de congélation pendant la nuit, et les dirigeants s’inquiètent des nombreuses personnes âgées qui habitent ces villages de montagne.

M. Matteo a expliqué que l’arrivée imminente de l’hiver empêche l’utilisation de tentes. Il y a suffisamment de chambres d’hôtels pour tous, a-t-il dit, mais des sinistrés refusent de quitter leur demeure, même pour une courte période.

Plusieurs sinistrés ont été déplacés vers les côtes, où les hôtels sont vides de touristes, et d’autres régions éloignées de la zone sismique. De plus en plus de résidants refusent toutefois de partir, en prétextant que leurs maisons sont l’endroit le plus sécuritaire pour eux, puisqu’elles ont résisté jusqu’à présent. D’autres ne veulent pas s’éloigner de leurs commerces ou de leurs fermes.

Le maire de la ville de Preci, dans l’Ombrie, a demandé à Rome de lui envoyer des roulottes, de tentes ou des conteneurs, étant donné que plus de la moitié de ses 700 concitoyens refusent de s’en aller.

À Norcia, la ville la plus près de l’épicentre, les pompiers ramenaient lundi des sinistrés chez eux pour leur permettre de récupérer leurs biens. Le sol a continué à trembler pendant la nuit, avec au moins deux secousses d’une magnitude supérieure à quatre.

Une cathédrale bénédictine s’est effondrée à Norcia, ne laissant que la façade.

À Rome, au moins un pont qui enjambe le Tibre a été fermé après avoir été apparemment endommagé. L’église de Sant’Eustachio a elle aussi été fermée quand des fissures ont été repérées dans son dôme.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus