NEW DELHI — Deux milliards d’enfants respirent de l’air toxique à travers le monde, a prévenu lundi l’agence onusienne des enfants, dont quelque 300 millions qui sont exposés à un niveau de pollution plus de six fois plus élevé que les normes établies par l’Organisation mondiale de la Santé.

Ces enfants risquent des dommages graves à leurs poumons, à leurs cerveaux et à d’autres organes, a dit l’Unicef.

L’agence onusienne rappelle qu’on compte environ 2,26 milliards d’enfants à travers le monde, ce qui signifie que la vaste majorité d’entre eux doivent composer avec une pollution atmosphérique jugée dangereuse par l’OMS.

Des deux milliards d’enfants qui respirent de l’air malsain, poursuit le rapport de l’Unicef, 620 millions se trouvent en Asie du Sud, principalement dans le nord de l’Inde. On en compte 520 millions en Afrique et 450 millions dans l’est de l’Asie, surtout en Chine.¸

Le rapport a été compilé à partir d’observations satellitaires et de mesures prises sur le terrain, en combinaison avec des données démographiques pour déterminer quelles populations habitent les zones les plus à risque.

Une experte a rappelé que les enfants respirent deux fois plus rapidement que les adultes, ce qui signifie qu’ils sont exposés à deux fois plus d’air pollué par rapport à leur masse corporelle. Leurs cerveaux et leurs systèmes immunitaires sont aussi en plein développement, et donc plus vulnérables.

Environ 600 000 enfants âgés de cinq ans et moins mourraient chaque année des maladies causées par la pollution atmosphérique, que l’OMS identifie maintenant comme une des pires menaces mondiales à la santé publique.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus