MONTRÉAL — Les animaux menacés pourraient être plus nombreux qu’on ne le croit, selon des chercheurs qui estiment que les méthodes utilisées pour les recenser ne sont pas entièrement fiables.

Les scientifiques écrivent dans PLOS ONE que les décomptes ratent entre 10 et 15 pour cent des individus, et possiblement plus.

Même un animal de la taille d’un éléphant, poursuivent-ils, peut être très difficile à observer à bord d’un petit avion qui file à plus de 160 kilomètres/heure, à 100 mètres du sol.

En comparant le nombre d’éléphants comptés depuis un hélicoptère à celui compté depuis un avion, ils ont constaté que les observateurs détectent 76 pour cent des troupeaux et 87 pour cent des individus présents dans un secteur donné. Cela voudrait donc dire que les recensements publiés sont inférieurs de 13 pour cent à la réalité.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus