The Associated Press Donald Trump

DADE CITY, Fla. — Donald Trump menace de projeter les États-Unis dans une guerre nucléaire, a de nouveau prévenu Hillary Clinton, son rival répondant que la candidate démocrate plongerait le pays dans une crise constitutionnelle si elle est élue.

Alors que les candidats à la présidentielle américaine approchent de la ligne d’arrivée, les attaques qu’ils se lancent sont plus agressives les unes que les autres.

Donald Trump et Hillary Clinton — les aspirants à la présidence les plus impopulaires de la politique américaine moderne — se concentrent à se dénigrer mutuellement plutôt que de vanter leur propre candidature.

Mme Clinton a admis, mardi, qu’elle aimerait bien parler d’autre chose que des défauts de son adversaire. Elle venait d’énumérer à nouveau, lors d’un rassemblement en Floride, les raisons pour lesquelles elle croit que Donald Trump n’est pas prêt à occuper la Maison-Blanche.

La démocrate a fait valoir que la stature de son adversaire l’empêchait de discuter «de toutes les bonnes choses que (son équipe) veut faire».

Lundi, elle avait invité un ancien agent en lancements d’armes nucléaires à faire campagne à ses côtés, lequel avait dit à l’auditoire qu’il craignait le danger que représenterait un Donald Trump élu qui aurait le pouvoir de déclencher une attaque nucléaire.

Mardi, Mme Clinton a continué à déverser ses invectives cinglantes, en revenant cette fois sur les remarques dégradantes que Donald Trump avait eues à l’égard de plusieurs femmes. Alicia Machado —que Donald Trump avait critiquée pour avoir pris du poids après qu’elle eut été sacrée Miss Univers en 1996— l’a d’ailleurs accompagnée sur scène.

La candidate démocrate avait prévu terminer sa campagne sur une note plus positive. Elle a toutefois été rattrapée par l’annonce de la réouverture de l’enquête de la police fédérale (FBI) sur son utilisation d’un serveur privé de messagerie alors qu’elle était secrétaire d’État.

Mardi, Donald Trump et son colistier, Mike Pence, ont livré leur plus fort plaidoyer contre la réforme du système de santé du président sortant.

Au cours d’un rassemblement en Pennsylvanie, le riche homme d’affaires a fait valoir que si Mme Clinton est élue, elle «détruirait pour toujours le système américain des soins de santé».

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus