Khalid Mohammed Khalid Mohammed / The Associated Press

MOSSOUL, Irak — Les combats ont repris de plus belle vendredi à Mossoul, quand les forces spéciales irakiennes ont lancé une offensive pour pénétrer plus profondément dans les secteurs urbains de la ville.

L’armée irakienne a procédé à une manoeuvre de contournement pour attaquer la ville depuis le nord-est. Des colonnes de blindés ont traversé le désert pour foncer sur les quartiers de Tahrir et de Zahara, en profitant de la couverture des frappes aériennes de la coalition américaine.

Trois kamikazes de Daech (le groupe armé État islamique) ont été détruits quand ils ont essayé d’attaquer les forces irakiennes à bord de véhicules piégés, notamment un bouteur qui a été anéanti par une frappe aérienne. Un officier et deux soldats ont été blessés.

Plus tôt pendant la journée, les forces irakiennes qui attaquaient directement depuis l’est ont rencontré une résistance féroce. Les djihadistes ont notamment mis un char Abrams hors de combat avec un tir de roquette. Le blindé a été atteint à bout portant, mais les soldats qui se trouvaient à l’intérieur n’ont apparemment pas été blessés.

L’offensive à cet endroit s’est ensuite immobilisée, mais la neuvième division de l’armée irakienne a quand même pu entrer dans le quartier d’Intisar.

Il s’agit des combats de rue les plus intenses à éclater à Mossoul depuis que l’armée irakienne est passée à l’assaut il y a deux semaines pour tenter de reprendre le contrôle de la deuxième plus grande ville du pays.

L’attaque de vendredi matin a débuté avec des tirs d’artillerie et de mortier contre les quartiers d’Aden, de Tahrir et de Quds, tout juste à l’ouest des quartiers de Gogjali et de Karama qui sont contrôlés par les forces spéciales irakiennes. Le barrage d’artillerie a été suivi par des échanges nourris de tirs d’armes automatiques.

Plus d’un million de civils demeurent coincés à Mossoul, dont plusieurs milliers qui seraient utilisés comme boucliers humains.

L’opération pour libérer Mossoul a débuté le 17 octobre. Washington estime que quelque 8000 djihadistes défendent la ville.

C’est la première fois que l’armée irakienne entre à Mossoul depuis que la ville est tombée entre les mains des islamistes. Cela pourrait marquer le début d’une campagne longue et pénible pour les soldats irakiens qui devront libérer Mossoul maison par maison et rue par rue, ce qui devrait prendre plusieurs semaines, voire quelques mois.

Mossoul est le dernier fief de Daech en Irak.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus