Sunday Alamba Sunday Alamba / The Associated Press

MAIDUGURI, Nigéria — L’une des écolières kidnappées par le groupe Boko Haram à Chibok il y a plus de deux ans a été libérée par l’armée nigériane, samedi, au cours d’une descente effectuée avant l’aube samedi.

La fillette a été trouvée en compagnie d’un bébé âgée de 10 mois, un garçon dont le père est un militant de Boko Haram, a indiqué un porte-parole de l’armée, le colonel Sani Hukasheka Usman, par voie de communiqué.

Il s’agit de la première opération de l’armée nigériane qui réussit à libérer l’une des écolières de Chibok.

Le mois dernier, le gouvernement nigérian a sécurisé le sauvetage de 21 de ces fillettes dans ce qui a été la première libération négociée avec Boko Haram.

Une autre fillette s’est échappée par elle-même en mai dernier.

Des milliers de personnes qui étaient tenues captives par Boko Haram ont été libérées cette année, alors que l’armée a chassé le groupe extrémiste de villes et de villages du nord-est du Nigeria.

Il n’avait toutefois pas été démontré que les fillettes rescapées avant samedi étaient parmi les 276 écolières enlevées par Boko Haram à Chibok en avril 2014.

Le président nigérian Muhammadu Buhari a promis de sécuriser la libération des près de 200 écolières toujours prisonnières de l’organisation terroriste.

Pendant ce temps, des groupes de défense des droits de la personne condamnent le fait qu’Amina Ali Nkeki — la jeune fille qui s’est échappée en mai— reste placée sous le contrôle du gouvernement. Celle-ci souhaite retrouver sa mère et le père de son enfant, un extrémiste de Boko Haram détenu par les autorités nigérianes.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus