Uncredited Uncredited / The Associated Press

BEYROUTH — Au moins 74 civils ont perdu la vie depuis le début d’une offensive des forces rebelles syriennes à l’extrémité occidentale de la région d’Alep tenue par le gouvernement.

Parmi ces victimes se trouvaient 25 enfants.

Des soldats de l’opposition ont lancé, le 28 octobre, une vaste opération pour tenter de chasser les forces gouvernementales qui contrôlent l’est d’Alep depuis plusieurs mois.

Depuis, les troupes rebelles ont réussi à gagner du terrain dans plusieurs quartiers occidentaux de la ville, prenant le contrôle du district al-Assad et du village de Minian.

L’armée syrienne a indiqué que plus de 80 personnes sont mortes dans les trois premiers jours de l’offensive rebelle. Ce bilan n’a toutefois pas été confirmé.

Les Nations Unies et plusieurs groupes de défense des droits de la personne ont vertement condamné le fait que les groupes d’opposition attaquent à l’aveugle les quartiers occidentaux d’Alep, tuant de nombreux civils. Les mêmes critiques ont été adressées au gouvernement et à ses alliés pour avoir bombardé des zones résidentielles.

Avant que l’offensive du 28 octobre ne soit lancée, plus de 400 civils -dont plusieurs enfants- ont été tués en moins d’un mois par des bombardements visant les zones tenues par des rebelles et leurs environs. Près de 2000 autres personnes ont été blessées.

L’Observatoire syrien des droits de la personne (OSDH) a affirmé, samedi, que trois civils ont perdu la vie en l’espace d’une semaine dans les quartiers sous le contrôle des forces de l’opposition. La Russie a décrété un arrêt des frappes aériennes dans les portions assiégées d’Alep qui a cours depuis le 18 octobre.

Des frappes aériennes ont toutefois été rapportées aux portes de la ville et dans de zones rurales avoisinantes.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus