SÉOUL, Corée, République de — Des dizaines de milliers de Sud-Coréens ont déferlé dans les rues du centre-ville de Séoul, samedi, pour réclamer la démission de la présidente Park Geun-hye.

Il s’agit de la plus importante manifestation antigouvernementale depuis près d’un an dans la capitale, au lendemain de la télédiffusion des excuses émotionnelles de la présidente.

Park Geun-hye est soupçonnée d’avoir permis à une de ses proches, pourtant non élue, de tirer les ficelles du gouvernement.

Samedi, les protestataires ont défilé en scandant «Trahison!» et «Criminelle!». L’imposante foule s’est rassemblée sur une place faisant face à un vieux palais avant de lancer la marche dans les rues avoisinant l’hôtel de ville.

En s’adressant à ses concitoyens, vendredi, Park Geun-hye avait accepté la responsabilité entière du scandale qui pourrait bien sonner le glas de sa présidence.

La voix étranglée par l’émotion durant son discours télévisé, Mme Park a reconnu avoir accordé une trop grande confiance à Choi Soon-sil, une amie de longue date qui est aussi la fille du leader d’un culte religieux.

La presse sud-coréenne rapporte que la femme de 60 ans se mêlait des affaires gouvernementales en coulisses. Des entreprises auraient notamment été incitées à donner 70 millions $ US à deux fondations contrôlées par Mme Choi.

Un sondage publié vendredi situe le taux d’approbation de Park Geun-hye, qui complète la quatrième année d’un mandat de cinq ans, à seulement 5 pour cent — le niveau le plus faible jamais mesuré depuis que la Corée du Sud a renoué avec la démocratie, à la fin des années 1980.

Mme Choi est la fille de feu Chae Tae-min, le leader d’un culte religieux qui aurait pris Mme Park sous son aile après l’assassinat de sa mère en 1974. Le père de Mme Park, l’ancien dictateur Park Chung-hee, a quant à lui été assassiné en 1979. Mme Park a reconnu que Mme Choi est une amie qui l’a aidée dans le passé.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus