WASHINGTON — À quelques heures de la ligne d’arrivée de cette campagne présidentielle imprévisible, la démocrate Hillary Clinton et le républicain Donald Trump ont consacré toutes leurs énergies aux États clés, lundi, dans un dernier droit pour rallier leurs partisans.

La candidate démocrate s’est montrée rassembleuse, invitant les électeurs à voter pour «une Amérique porteuse d’espoir, inclusive et qui a un grand coeur». Son rival républicain a quant à lui appelé les Américains à «renverser le système corrompu».

Les deux candidats se sont lancés lundi dans une dernière journée de campagne exténuante alors qu’ils visitaient quatre États chacun, jusque tard dans la nuit.

Mme Clinton a entamé sa journée, revigorée par l’annonce, dimanche, que la police fédérale (FBI) ne recommandera pas qu’elle fasse l’objet d’accusations criminelles relativement à son utilisation d’un serveur privé de courriels pendant qu’elle était secrétaire d’État.

La relance de l’enquête, annoncée à 11 jours de la date du scrutin, avait freiné l’élan dont profitait la candidate démocrate à un moment crucial de la course. Elle semble néanmoins toujours en voie de rallier les 270 voix de grands électeurs nécessaires pour être portée au pouvoir et ainsi devenir la première femme à la présidence des États-Unis.

«Je pense que j’ai du travail à faire pour rassembler le pays», a-t-elle reconnu alors qu’elle embarquait dans l’avion qui la mènerait en Caroline du Nord, en Pennsylvanie et au Michigan.

Donald Trump se montre pour sa part combatif jusqu’à la toute fin alors qu’il qualifiait son adversaire, lundi, de «visage de l’échec». Revenant une fois de plus sur l’affaire des courriels, le candidat républicain a soutenu que sa rivale était sous la protection d’un «système totalement corrompu».

Il visitait lundi la Floride, la Caroline du Nord, la Pennsylvanie et le New Hampshire.

«Vous avez la chance de renverser le système corrompu et de rétablir la justice. Ne laissez pas passer cette occasion», a lancé Donald Trump à ses partisans.

Si le directeur du FBI, James Comey, a retiré un poids sur les épaules de Mme Clinton, dimanche, l’affaire des courriels a quand même pu affaiblir la démocrate. Dimanche, près de 24 millions d’Américains avaient déjà voté par anticipation depuis le moment où l’enquête a été relancée après l’obtention de nouveaux courriels. Cette proportion représente plus de la moitié des 42,5 millions de votes qui étaient enregistrés lundi après-midi, selon les informations de l’Associated Press.

Mme Clinton n’avait pas l’intention d’aborder la controverse, lundi.

Barack Obama, qui accompagnait la candidate avec sa femme lors d’un rassemblement à Philadelphie, en soirée, a pressé les électeurs à le croire sur la nécessité de voter pour Mme Clinton, demandant de lui faire confiance après huit ans à la présidence.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus