ANKARA, Turquie — La Turquie a fait valoir mardi que la coalition menée par des Kurdes de Syrie ayant lancé une offensive pour libérer la capitale de facto du groupe armé État islamique (Daech), Raqqa, ne devrait pas pénétrer dans la ville même, mais plutôt concentrer ses efforts à l’encercler.

Les Kurdes — dont la coalition est soutenue par les États-Unis — ont toutefois rejeté cette possibilité. Les tensions avec la Turquie menacent de compliquer l’opération lancée dimanche pour déloger Daech de son dernier bastion dans une ville syrienne.

La coalition qui porte le nom de Forces démocratiques syriennes (SDF) a déjà fait des avancées sur de larges portions de territoire visé, gagnant le contrôle d’une dizaine de villages. Ankara juge toutefois que les forces kurdes en Syrie sont affiliées au groupe turco-kurde qui mène une insurrection dans le sud-est de la Turquie.

La Turquie a d’ailleurs envoyé ses propres troupes le long de sa frontière avec la Syrie en appui aux forces de l’opposition, proposant même de mener elle-même la bataille de Raqqa.

L’Observatoire syrien des droits de la personne (OSDH) a rapporté que les forces de l’opposition soutenues par la Turquie ont réussi à mettre la main sur six villages situés près de Al-Bab, mardi, et qu’elles se trouvent à environ 7 kilomètres de l’entrée de la ville.

Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, a pour sa part dit que le responsable américain de l’État-major conjoint, le général Joseph Dunford, lui avait indiqué que la coalition des Kurdes se limiterait à encercler Raqqa sans y entrer.

«Nous espérons que ce sera le cas et nous nous attendons à ce que nos partenaires respectent leurs promesses», a-t-il dit, invitant du même souffle les résidants de Raqqa à ne pas laisser les Kurdes venir à eux.

«Nous ne devrions pas forcer les gens à choisir entre deux (groupes) mauvais», a-t-il lancé.

Une haute gradée de la SDF, Ilham Ahmed, a toutefois assuré que la coalition entrerait à Raqqa, ajoutant qu’il revenait à son commandement de juger si la collaboration de troupes turques était nécessaire. «Nous sommes autosuffisants. Nous n’en avons pas besoin.»

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus