Shizuo Kambayashi/The Associated Press

WASHINGTON — Les marchés mondiaux témoignaient mercredi d’un calme relatif face à l’élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis, récupérant même certaines des pertes encaissées immédiatement après l’annonce de sa victoire.

La Bourse de Toronto a entamé la journée en perdant 12 points, à 14 645 points.

Le dollar canadien perdait 0,82 cent US à 74,34 cents US. Il s’agit essentiellement du niveau auquel il s’est maintenu pendant les dernières semaines de la campagne électorale.

À New York, la moyenne Dow Jones des valeurs industrielles perdait 64 points à 18 628, l’indice composé S&P500 11 points à 2128 et l’indice composé du Nasdaq 38 points à 5153.

En Allemagne, l’indice DAX reculait de 1,5 pour cent à 10,330 pendant qu’à Londres, le FTSE 100 glissait de 0,6 pour cent à 6802. On anticipait à un certain moment un plongeon de 800 points du Dow dès l’ouverture.

En Asie, le Nikkei 225 japonais a terminé en baisse de 5,4 pour cent, après avoir récupéré une partie de ses pertes, à 16 251,54. Le Hang Seng de Hong Kong a perdu 2,2 pour cent à 22 415,19, et le principal indice de la bourse de Shanghaï a glissé de 0,6 pour cent à 3128,77.

L’analyste Michael Hewson, de la firme CMC Markets, a expliqué que «la réaction beaucoup plus modérée» des marchés est probablement due au ton conciliatoire adopté par M. Trump lors de son discours de victoire. Il a ajouté que les marchés se doutent aussi depuis un moment que les sondeurs se trompaient peut-être, et que la victoire de M. Trump était possible.

Connor Campbell, de la firme Spreadex, a confirmé qu’un «discours de la victoire étonnamment « présidentiel» de la part de Trump (…) semble avoir rassuré les investisseurs».

Les contrats à terme et les options du Dow fondaient de 4 pour cent à un certain moment. Les marchés s’étaient toutefois stabilisés à la fin du discours du président élu.

Le baril de pétrole valait 45,59 $ US, en recul de 2 cents US depuis mardi, et l’once d’or était en hausse de 2 pour cent à 1305 $ US. Cela pourrait amoindrir l’impact sur la Bourse de Toronto, qui a pris près de 150 points depuis deux jours. La promesse de M. Trump d’appuyer le projet d’oléoduc Keystone XL est de bon augure pour les titres énergétiques à Toronto.

M. Trump ne prendra officiellement le pouvoir qu’en janvier, mais la transition s’entame dès maintenant. Les investisseurs épieront ses moindres faits et gestes au cours des prochaines semaines pour voir s’il a l’intention d’aller de l’avant avec certaines de ses promesses les plus spectaculaires — notamment d’ériger un mur entre les États-Unis et le Mexique, de déchirer l’Accord de libre-échange nord-américain et d’annuler la ratification américaine de l’accord de Paris sur les changements climatiques.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus