Kiichiro Sato Kiichiro Sato / The Associated Press

LINCOLN, Neb. — À la suite du vote dans le Nebraska pour rétablir la peine de mort, le gouverneur Pete Ricketts a dit, mercredi, vouloir s’attarder à reprendre les exécutions en dépit des multiples obstacles ayant empêché l’État de procéder depuis 1997.

M. Ricketts a offert peu de détails lors d’une conférence téléphonique avec des journalistes, mais a dit prévoir s’entretenir avec le procureur général Doug Peterson, aussi un partisan de la peine de mort, pour discuter des manières de progresser.

Les électeurs ont rétabli la peine de mort lors de l’élection, mardi, plus d’un an après que les législateurs l’eurent abolie en contestant un veto de M. Ricketts. Les partisans de la peine capitale ont répliqué avec une vaste campagne partiellement financée par le gouverneur empêchant la mise en vigueur de la loi avant que les électeurs ne se prononcent sur le renversement de la décision de l’Assemblée législative.

Depuis la Chine, où il dirigeait une mission commerciale internationale, M. Ricketts a fait valoir que la population du Nebraska avait fait entendre sa voix.

Le gouverneur n’a pas voulu dire précisément comment l’État ferait l’acquisition des produits d’injection létale dont elle a besoin ou si le Nebraska modifierait ses protocoles.

Les opposants à la peine de mort ont affirmé qu’ils continueraient leur combat et travailleraient à empêcher l’exécution des dix hommes actuellement dans les couloirs de la mort dans cet État.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus