Le choc et la consternation s’estompent peu à peu, faisant place à l’appréhension. La place des femmes a été centrale tout au long de la campagne – d’abord parce qu’une d’entre elles pouvait devenir la première présidente, ensuite parce que des propos qui fleuraient une misogynie d’une autre époque sont revenus hanter son adversaire. Maintenant que le peuple américain a porté ce dernier à sa tête, que signifie une présidence Trump pour les femmes et la communauté LGBT? Deux expertes se prononcent.

L’avortement

Andréanne Bissonnette, coordonatrice de l’Observatoire sur les États-Unis de la Chaire Raoul-Dandurand, croit que l’élection de Donald Trump aura de grands impacts sur la vie des Américaines.

«Oui. Le premier enjeu relié aux droits des femmes est celui de l’avortement. Donald Trump s’est déclaré pro-vie lors du dernier débat présidentiel et il veut nommer des juges pro-vie aux différents paliers du système judiciaire.

Au niveau de la Cour suprême, ce n’est pas si problématique, car il y a présentement une majorité de cinq juges (sur une possibilité de neuf) qui sont en faveur de l’arrêt Roe c. Wade (le jugement qui a légalisé l’avortement en 1979).

«La situation est plus préoccupante au niveau des cours de district et des cours inférieures. Si on regarde les États du sud, on voit une augmentation des mesures visant à restreindre l’accès à l’avortement par l’implantation de politiques particulières et de demandes envers les cliniques d’avortement d’avoir de nouveaux équipements qui coûtent cher.

«De plus, Trump a dit vouloir revoir la mesure de l’Obamacare, grâce à laquelle les Américaines ont accès à une assurance pour l’achat de contraceptifs. Son colistier, Mike Pence, a un des historiques les plus durs en matière de droits des femmes. En Indiana, il a fait passer une loi qui obligeait les femmes ayant recours à l’avortement à avoir des funérailles pour le fœtus. D’un point de vue psychologique, c’est très difficile.» – Rachelle McDuff

«C’est très douloureux. Je crois que cela aura un effet négatif dans l’immédiat tant c’est vif dans l’esprit des femmes.» – Marie-Thérèse Chicha, professeure titulaire à l’école de relations industrielles de l’Université de Montréal, à propos de la défaite de Mme Clinton

Inquiétudes chez les groupes LGBT

Mme Bissonnette soutient également que la communauté LGBT devrait s’inquiéter de l’arrivée de M. Trump et des républicains au pouvoir.

«Le Bathroom Bill qui a été adopté en Caroline du Nord l’été dernier a créé un mouvement régional de sensibilisation aux droits de la communauté LGBT. Pour cette raison, il y a deux semaines, la Cour suprême a accepté d’entendre la cause (G. G. c. Gloucester County School Board) d’un étudiant trans de Virginie qui demande de pouvoir utiliser les toilettes conformes à son genre et non à son sexe à la naissance dans son école secondaire. Le fait que cette cour ait accepté de l’entendre va entraîner un précédent. Si on a un juge conservateur, on peut penser que la discrimination sur la base du genre ne sera pas reconnue.

«Le jugement de la Cour suprême va avoir un impact sur les tribunaux de l’ensemble du pays, dans lesquels d’autres cas semblables sont présentement débattus. De plus, Mike Pence, le colistier de Trump, a fait adopter une loi dans son État qui autorise les commerçants à ne pas servir quelqu’un en raison de son orientation sexuelle.» – Rachelle McDuff

L’engagement des femmes

Marie-Thérèse Chicha, professeure titulaire à l’école de relations industrielles et titulaire de la Chaire en relations ethniques, à l’Université de Montréal, croit pour sa part que la défaite d’Hillary Clinton aura des conséquences sur l’engagement des femmes. «Son parcours a été si difficile, elle a dû endurer tellement d’insultes et de coups bas. D’autres femmes vont réfléchir avant de se lancer dans ce genre d’aventure», affirme Mme Chicha. – Chloé Freslon

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus