BAGDAD — Les forces spéciales irakiennes ont été la cible d’une attaque à la voiture piégée, samedi, à Mossoul, laissant présager l’intensité des affrontements à venir dans la ville du nord de l’Irak assiégée par des militants du groupe armé État islamique (Daech).

L’attaque s’est produite dans un quartier où les forces spéciales irakiennes sont entrées la veille, Qadisiya.

Les troupes ont ensuite été attaquées au moyen de tirs nourris, d’obus de mortier et de grenades propulsées par fusées, a indiqué un agent irakien qui s’exprimait sous le couvert de l’anonymat.

Des affrontements ont également eu lieu dans le quartier Arbajiya, samedi, a-t-il ajouté.

Le personnel médical sur le terrain estime que des dizaines de personnes ont été tuées et blessées depuis le début de l’opération militaire pour libérer Mossoul— la seconde plus grande ville d’Irak— de Daech, le 17 octobre dernier.

Ces chiffres sont toutefois difficiles à confirmer, puisque les troupes armées irakiennes n’émettent pas de tel bilan.

Les forces spéciales irakiennes ont jusqu’à maintenant réussi à gagner un certain contrôle à l’extrême est de la ville. Leurs avancées ont toutefois été ralenties lorsqu’elles sont entrées dans les zones plus densément peuplées de Mossoul.

Les combattants de Daech ont prévenu qu’elles allaient lutter jusqu’à la toute fin pour conserver leur mainmise sur leur dernière ville bastion en Irak.

La police militaire de l’Irak se trouve pour sa part au sud de Mossoul, à cinq kilomètres de l’aéroport de la ville. Ce dernier a été lourdement fortifié par Daech, comme le montrent des images satellites captées par la firme américaine Stratfor, plus tôt ce mois-ci.

À Bagdag, au moins neuf personnes sont mortes et 32 autres ont été blessées samedi dans plusieurs explosions.

Aussi dans Monde :

blog comments powered by Disqus